Dirigeants et salariés en sont persuadés : la diversité et l’inclusion sont des enjeux importants pour les entreprises. Mais, comme le montrent deux études (1) sorties ces derniers jours, il existe encore un fossé entre cette perception, les actions réellement mises en place et la connaissance qu’en ont les collaborateurs. Explications.

76 % des dirigeants d’entreprises déclarent que le sujet de la diversité et de l’inclusion est important pour leur organisation selon une étude menée par Workday (1). Pour preuve, 71% des entreprises déclarent avoir un budget dédié à la diversité et l’inclusion, et elles sont 26 % à anticiper une hausse de leur budget en 2022. Si les différentes politiques gouvernementales et obligations légales ont eu une influence certaine sur la mise en place d’initiatives visant à favoriser la diversité et l’inclusion en entreprise, cette démarche répond également à des enjeux de réputation ou d’image de marque pour les 3/4 des personnes interrogées.

Un manque de vision stratégique

Pour promouvoir la diversité et l’inclusion en leur sein, 42 % des entreprises françaises ont confié la gestion des sujets de diversité et d’inclusion  à une équipe ou une personne dédiée au sein de leur département RH. Dans 14 % des organisations, un groupe de travail transverse est en charge du sujet, et dans 12 %, cette responsabilité incombe directement à l’équipe dirigeante. Les bienfaits d’une politique de diversité et d’inclusion ? Principalement  bien-être des collaborateurs et l’amélioration de leur engagement. Cependant, 36 % des répondants reconnaissent que leur entreprise n’a pas d’approche stratégique de la diversité et de l’inclusion.

Un manque de données

Interrogés sur les besoins de l’entreprise pour accélérer l’adoption d’une stratégie de diversité et d’inclusion, 23 % des sondés déclarent avoir besoin de plus de données sur la diversité de leur organisation. Or, des solutions existent ! La start-up Mixity propose ainsi une empreinte, basée sur l’intelligence artificielle, pour évaluer la Diversité et l’Inclusion dans les organisations. Cette plateforme digitale s’appuie sur un référentiel reposant sur 5 thèmes RSE (Genre – Handicap – Multiculturel – Multigénérationnel – LGBT+) pour générer une Empreinte diversité et inclusion propre à chaque organisation. Cet outil est déjà utilisé par Allianz, Axa, Orange, Elior ou encore l’Apec.

En quête de bonnes pratiques ? Stéphanie Auchabie, DRH chez Quadient (ex-Neopost), partage 5 initiatives prises dans son entreprise en faveur de la diversité et de l’inclusion :

1° Des enquêtes pour prendre le pouls auprès des salariés afin de cerner les sujets qui leur semblent prioritaires et ainsi mettre en place des actions adaptées ;

2° Des formations pour les managers et les collaborateurs à la diversité et l’inclusion : sur le handicap, notamment invisible, l’autisme, les biais lors du recrutement…

3° La création de communautés de salariés engagés : ils organisent des événements, animent le réseau en interne…

4° Le rapprochement avec des associations spécialisées pour créer des chartes et des kits de communication pratique.

5° Une direction engagée dans la promotion de la diversité et de l’inclusion qui donne l’impulsion au reste de l’entreprise.

(1) * Etude de Dynata auprès de 12 000 personnes dans le monde entier du 26 juillet au 9 août 2021 pour son rapport “Diversity, Equity & Inclusion in the Workplace”. Chiffres sur les visuels.
** Étude européenne Workday, « Diversité et inclusion : où en sont les entreprises ? », avec l’institut Sapio Research auprès de 2,200  collaborateurs en charge des sujets de diversité et d’inclusion, dont 300 en France. Les entretiens ont été réalisés en ligne en février et mars 2021.

Pour ne rater aucune actualité en matière de qualité de vie au travail, inscrivez-vous à la newsletter de My Happy Job, parcourez nos hors-séries thématiques  et découvrez notre annuaire du bien-être au travail.

A lire aussi :
– « La diversité en entreprise devient le sujet de tous, et non plus de quelques personnes dont c’est le métier »
Egalité hommes-femmes : 10 bonnes pratiques des Best Workplaces for Women
L’intergénérationnel au travail

 

Article précédentMy Happy Job devient My Happy Job by Moodwork !
Article suivantYoussef Badr, magistrat : “Echouer n’est pas une fin en soi, il ne faut jamais rien lâcher !”
Diplômée de Sciences-Po Paris, Fabienne Broucaret est la fondatrice et la rédactrice en chef de My Happy Job. Conférencière, passionnée par les questions de mixité, elle est aussi l’auteure des livres "Le sport, dernier bastion du sexisme ?" et "A vos baskets toutes ! Tour de France du sport au féminin" (Michalon). Elle a aussi co-écrit “2h chrono pour déconnecter (et se retrouver)” avec Virginie Boutin (Dunod, mai 2018).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici