Je change de vie, pourquoi pas vous ?

pexels-photo-796602

Je ne parle jamais de moi dans mes chroniques sur My Happy Job. Et bien, je ne vais faire que ça cette fois-ci. Après 20 ans passées dans la même entreprise comme auditeur financier, puis en ressources humaines (ben, c’est-à-dire toute ma vie professionnelle…), je largue les amarres pour lancer mon entreprise. Mon but n’est pas de vous raconter ma vie ni de vous donner des leçons mais juste de partager ce que je retiens de ces 20 dernières années (et là je me sens tout de suite très vieux…).

Ne cherchez pas le point d’arrivée : commencez par avancer
On entend souvent qu’il faut imaginer, visualiser, son point d’arrivée pour avancer dans la vie. C’est vrai. Mais pas toujours. L’inverse fonctionne aussi. Après avoir fait une école de commerce et commencé ma vie professionnelle comme auditeur pendant 2 ans, j’ai repris des études de psycho. Sans aucune espèce d’idée de ce que j’allais bien pouvoir en faire. C’était juste que ça m’intéressait. Et de fil en aiguille, j’en suis venu aux ressources humaines, puis à la thérapie, puis à la recherche, puis aux conférences et formations, jusqu’à ce nouveau projet aujourd’hui. Parfois, vouloir trouver le point d’arrivée avant de commencer fait juste qu’on ne commence jamais. Avancez dans une voie, voyez où ça vous mène et si cela vous plait. Et changez si vous vous êtes trompé.e. Parce qu’on peut, à tout moment, faire des petits pas « pour essayer », sans avoir besoin de faire la révolution dans sa vie. 

Prenez votre temps
Je ne suis sans doute pas un rapide mais il m’a finalement fallu des années pour mûrir mon projet. Le temps de construire du savoir, des relations, des idées, bref de faire mûrir tout cela. Un proverbe zen dit qu’on ne fait pas pousser l’herbe plus vite en tirant dessus. Le tout est de semer. Parfois ça pousse vite, parfois ça pousse plus lentement… 

N’attendez pas de trop
C’est l’exact inverse de ce qui précède. Quand ça pousse, si vous ne récoltez pas, vous aurez fait tout cela pour rien. Votre tête aura beau vous dire que « ce n’est peut-être pas le bon moment », que « c’est trop risqué », et j’en passe, la vérité est qu’il n’y aura jamais de moment parfait ni de risque zéro. On ne saute pas en deux fois : on le fait ou on ne le fait pas. 

Trop de bonnes choses n’est pas une bonne chose
Ces cinq dernières années, j’ai cumulé de nombreuses activités : directeur en ressources humaines, thérapeute en libéral, écrivain, chercheur, conférencier… Tout simplement parce que j’aimais tout, que je voulais tout et que je ne voulais donc pas choisir. Ça tient un temps et c’est même excitant. Et il y a un moment où tout ce que vous aimiez devient une contrainte, un poids. Parce que c’est juste trop… Faites ce que vous aimez, mais pas trop. Mauvaise nouvelle : nous ne sommes pas Superman ou Wonderwoman. Au bout du compte, je pense avoir frôlé de justesse le burn out. Le problème des limites, c’est qu’on ne les connait qu’une fois qu’on les a dépassées. 

On ne peut pas ne pas choisir
La conséquence logique a été de faire un choix. C’est ce que j’ai fait. Le choix de changer de vie. Mais même si je n’avais pas fait ce choix, ça aurait été aussi un choix. On ne peut pas ne pas choisir : ne pas choisir c’est faire le choix de continuer sa vie actuelle. La question qui m’a toujours guidée est : « et si ça continuait comme ça pour l’éternité, est-ce que ça t’irait ? ». Si la réponse est non, peut-être qu’il est temps d’envisager autre chose. Car pendant ce temps, le compteur de la vie tourne. Notre pire ennemi n’est pas d’avoir peur ou de se tromper, c’est le regret de ce qu’on n’aura pas osé vivre. Quand on se trompe, il y a toujours un plan B. Pour les occasions ratées, ce sera trop tard…

Christophe Deval est directeur du développement des talents chez KPMG, psychologue clinicien, thérapeute spécialisé en thérapies comportementales et cognitives (TCC) et en thérapie d’acceptation et d’engagement (ACT), co-auteur de Simplifiez vos relations avec les autres (Intereditions).

Pour ne rater aucune actualité en matière de qualité de vie au travail, inscrivez-vous à la newsletter de My Happy Job et découvrez notre annuaire du bien-être au travail.

A lire aussi :
 Management : 4 idées reçues qui ont la vie dure
– 6 clés pour favoriser bien-être et vitalité
– Le secret de bonnes relations au travail ? La sécurité émotionnelle

Étiquettes : ,

Plus d'articles de la même rubrique:

De
Article Précédent Article Suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 share