Où en sont les salariés français par rapport au travail en mode hybride ? Quelles sont leurs attentes ? Existe-t-il des différences selon les générations ? Découvrez les chiffres et les enseignements clés du baromètre des préférences salariés 2022 de JLL (1), conseil en immobilier tertiaire, ainsi que l’éclairage de Flore Pradère, Directrice de Recherche & Prospective Bureaux chez JLL.

Le travail hybride n’est plus une option !

69% des employés de bureaux considèrent que le travail hybride sera fondamental pour retenir les talents à l’avenir. “En France, on constate un appétit pour le travail hybride passé de 67% il y a un an à 60% aujourd’hui et une pratique du travail hybride s’établissant désormais à 56%, souligne Flore Pradère. On atteint presque un point d’équilibre entre les attentes des salariés et leur vécu au quotidien.”

Le bureau reste un élément central

La généralisation du travail hybride ne se fait pas au détriment du bureau. “Les salariés sont en quête de flexibilité, précise Flore Pradère. Le bureau a donc clairement un rôle majeur à jouer et doit devenir un hub social permettant la connexion avec ses collègues.” Attention cependant, les salariés attendent aussi de trouver des lieux où se concentrer et s’isoler au bureau, pas seulement des espaces collaboratifs.
Barometre travail hybride 2022 chiffres clés

Un bureau inclusif et accueillant

Pour Flore Pradère, “plus que jamais, le déploiement du travail hybride confère au bureau un rôle crucial – mais sensiblement différent de celui qu’il jouait traditionnellement. Le bureau doit devenir une destination accueillante et inclusive, où chaque collaborateur peut trouver un soutien, une reconnaissance de ses pairs et nourrir un sentiment d’appartenance. Il doit devenir le point d’ancrage d’une organisation qui favorise les réalisations communes, tout en permettant l’épanouissement individuel et l’adoption de styles de travail variés. L’hybride crée un moment charnière de l’histoire du travail où les employeurs ont l’opportunité de redéfinir notre façon de travailler et de socialiser. Cependant, son succès sur le long terme nécessitera de repenser en profondeur le rôle du bureau, et la façon dont il peut encourager une culture managériale et une dynamique communautaire renouvelées.”

Le travail hybride, source de charge mentale supplémentaire

“Notre baromètre monte également que les actifs travaillant dans un lieu unique, qu’il s’agisse de leur domicile ou du bureau, sont moins investis et motivés que les travailleurs hybrides, explique Flore Pradère. En revanche, cette stabilité allège leur charge mentale grâce à un cadre routinier. Pour les salariés qui ont adopté le mode hybride, c’est exactement l’inverse ! Ils sont plus motivés que la moyenne, mais leur charge mentale est plus importante. Il faut qu’ils parviennent à créer deux routines de travail dans la même semaine et mettent en place des rituels différents selon leur lieu de travail.”

Des attentes fortes en termes d’équipement en télétravail

Les plus grands écarts entre ce qui est attendu et les facilités dont bénéficient aujourd’hui les salariés lorsqu’ils sont en télétravail résident dans :

·       le soutien financier : 49% aimeraient pouvoir bénéficier d’une prime de télétravail,

·       l’équipement technologique : une tendance particulièrement marquée en France avec 65% des travailleurs qui attendent une prise en charge de leurs achats liés au travail à distance. Pourtant, moins de 4 employés sur 10 en bénéficient,

·       le mobilier de bureau.

Le bien-être et la santé, des priorités post Covid

En ce qui concerne la promesse employeur, elle doit évoluer avec la crise sanitaire. Le podium 2022 pour les salariés : la qualité de vie au travail et la flexibilité en termes d’organisation, la santé et le bien-être au travail, le salaire.

Barometre travail hybride 2022 chiffres clésLa santé et le bien-être mental sont plus importants que jamais

“À l’avenir, il ne suffira plus de donner accès à des salles de sport : les employeurs devront prendre soin du mental de leurs collaborateurs en les épaulant dans la gestion de leur stress et en leur offrant un environnement de travail réconfortant et régénérant, insiste Flore Pradère. Cette attente est devenue plus criante encore dans le nouveau panorama hybride qui, tout en créant de nombreuses opportunités d’empowerment, exige également une culture du « changement perpétuel » pour s’adapter en continu à différents environnements de travail, rythmes de travail, collègues, etc.”

Des différences marquées selon les générations

“La génération Z est la plus adepte du travail en mode hybride, juste devant la génération Y, analyse Flore Pradère. Cependant, les jeunes sont aussi les plus nombreux à vouloir aller au bureau. Ils sont en quête de liberté et de flexibilité. Ils ne veulent pas qu’on leur impose un planning, mais ont besoin de la vie de bureau pour nourrir le sentiment d’appartenance et les liens sociaux.” Chez les plus de 50 ans, on remarque qu’un quart est adepte du tout à distance et un quart également pour le 100% au bureau.

Barometre travail hybride 2022 chiffres clés

A noter en conclusion que seulement 23% des salariés français interrogés se sentent enthousiastes face aux changements à l’œuvre dans le monde du travail aujourd’hui, contre 36% en moyenne au niveau mondial.

(1) Enquête en ligne conduite en Avril 2022 auprès de 4015 salariés de bureaux dans 10 pays :
– Travailleurs de bureaux de 18 ans et plus
– Salariés dans des entreprises de plus de 100 collaborateurs
– 30% travaillent dans des PME et 70% travaillent dans des grandes entreprises
– Quotas sur l’âge, les responsabilités managériales, la taille de l’entreprise et le secteur d’activité.Pour ne rater aucune actualité en matière de qualité de vie au travail, inscrivez-vous à la newsletter de My Happy Job, parcourez nos hors-séries thématiques  et découvrez notre annuaire du bien-être au travail.

A lire aussi :
Flex Office : le bureau flex est-il le bureau de demain ?
“Les bureaux doivent devenir des lieux régénérants pour les salariés”

Article précédentLes valeurs comme boussoles pour donner du sens au travail
Article suivant“Le plus important, selon moi, c’est le pourquoi on exerce ce métier”
Diplômée de Sciences-Po Paris, Fabienne Broucaret est la fondatrice et la rédactrice en chef de My Happy Job. Conférencière, passionnée par les questions de mixité, elle est aussi l’auteure des livres "Le sport, dernier bastion du sexisme ?" et "A vos baskets toutes ! Tour de France du sport au féminin" (Michalon). Elle a aussi co-écrit “2h chrono pour déconnecter (et se retrouver)” avec Virginie Boutin (Dunod, mai 2018).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici