Le flow…. Une notion souvent méconnue et pourtant très utile lorsque l’on se pose des questions sur sa vie professionnelle. Défini et conceptualité en 1975 par le psychologue hongrois Mihaly Csikzentmihalyi, il désigne l’absorption totale d’une personne dans son occupation. Autrement dit, être dans le flow, c’est être vraiment à ce que l’on fait, sans penser à autre chose. Un moment de grâce ? Nous n’irons pas jusque là mais un moment agréable certainement. Le flow constitue donc un baromètre pertinent pour savoir si l’on est bien au travail, si l’on est à notre juste place, et pour découvrir ce qui nous anime vraiment.

En pratique, vous êtes dans le flow lorsque vous êtes occupé à quelque chose, sans même vous en rendre compte. Vous savez, cet état où le temps passe à toute vitesse. On s’adonne à une activité, on relève la tête et il est déjà l’heure de passer à autre chose.  C’est ça le flow : être dedans, être complètement « in » et connecté à ce que l’on fait. On relève la tête et il est déjà l’heure de passer à autre chose. On est « à fond dedans », en pleine présence. Peut-être en avez-vous déjà fait l’expérience, même furtivement, en préparant un bon petit plat, en dessinant, en lisant, en faisant du sport, en écoutant un podcast, etc. La vie personnelle est truffée de ce genre de petits moments, sans même que l’on s’en rende vraiment compte d’ailleurs. Mais qu’en est-il dans votre vie professionnelle ?

Avez-vous déjà ressenti une telle sensation au travail ? Pour le savoir, faites travailler votre mémoire et repérez tous les moments professionnels vécus coachant cumulativement les 4 cases suivantes, scientifiquement établis :

Premièrement, être pleinement dedans :

Quand vous êtes dans le flow, vous êtes littéralement absorbé, concentré. Vous ne faites plus attention à ce qui vous entoure. Vous ne vous laissez pas divertir par l’extérieur. Vous n’êtes plus dans la sensation de vous-même. Vous oubliez votre égo et votre monologue intérieur (vous savez, le petit vélo intérieur… #chargementale). Vous en oubliez presque vos obligations quotidiennes, voire vos besoins primaires (aller au toilette, boire, etc). Votre énergie est à 100% sur ce que ce que vous faites.  Bref, vous êtes hors de votre mental et pleinement connecté à votre occupation.

Deuxièmement, ne pas voir le temps passer :

Le temps passe vite,  vous n’êtes pas en train de consulter votre montre ou votre portable toutes les deux secondes. Vous ne vous ennuyez pas. Au contraire, le temps file à une allure incroyable. Vous avez alors une perception complètement altérée du temps qui passe. Vous êtes totalement dans le moment présent

Troisièmement, faire les choses avec fluidité.

Quand vous êtes dans le flow, les choses sont simples, évidentes, fluides. Vous n’êtes pas en sur-effort ou en sur-adaptation. C’est limpide, les choses glissent d’elles-mêmes.

Quatrièmement, ressentir un sentiment de bien-être.

Vous êtes bien, un peu en dehors de la réalité quotidienne. Le ressenti est agréable. Bref, vous êtes serein. Zéro stress. Vous vivez une expérience positive.

Le moment de flow peut-être très court ou durer longtemps, peu importe.

Alors, avez-vous déjà vécu cette « expérience du flux » au travail ? En rencontrant un client ou un patient, en plaidant un dossier, un faisant une présentation, en créant un produit ?

Votre flow est votre zone de plaisir : lorsque vous êtes dans le flow, vous êtes bon et vous être bien. Autrement dit, plus vous surferez sur votre flow/plus vous vous en rapprocherez et plus vous aurez de chances d’être aligné avec ce que vous faites. Identifier vos zones de flow vous permettra donc de savoir ce qui est écologique et vertueux pour vous.

Si vous avez envie de prendre plus de temps pour vous en dehors du travail et que vous ne savez pas vraiment quoi faire comme activité extra-professionnelle : basez-vous sur votre flow. Vous adorez faire des gâteaux le week-end pour votre famille ? Elargissez l’horizon, testez un cours de pâtisserie. Basez-vous même sur des micro-expériences de flux pour tester des choses, découvrir.

Si vous n’avez jamais vécu cette expérience au travail ou très (trop) rarement, c’est que quelque chose cloche, que vous n’êtes peut-être pas ou plus au bon endroit. Cela peut être l’occasion de faire le point, de dresser le bilan. Si vous envisagez de changer de voie et que vous ne savez pas vers quoi vous diriger, travaillez votre flow, analysez le. Identifiez  ce dans quoi vous prenez du plaisir. Ce que vous kiffez vraiment faire. A partir de là, vous pourrez commencer à dégager des idées de métiers.

Si vous souhaitez rester dans le même secteur d’activité mais changer de poste, là encore travaillez sur votre flow pour valoriser votre CV (d’ailleurs et dans un monde un petit peu plus logique, on devrait y mettre nos « zones de flow » à la place de la rubrique « compétences »). Parce que l’on est tous doués pour plein de choses mais entre savoir faire et aimer faire, il y a une grosse différence…  cette différence c’est le flow : on fait, on est bon et on est bien.

Pour ne rater aucune actualité en matière de qualité de vie au travail, inscrivez-vous à la newsletter de My Happy Job, parcourez nos hors-séries thématiques  et découvrez notre annuaire du bien-être au travail.

A lire aussi :
Comment atteindre un état de “flow” au travail ?
Connaissez-vous votre ikigai ?

Photo de cottonbro provenant de Pexels

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici