Savoir pourquoi on se lève le matin, redonner du sens à son quotidien, être fidèle à ses valeurs, prendre du plaisir dans son travail… Tout cela n’est pas réservé aux autres ! Caroline Averty, consultante partenaire chez Oser rêver sa carrière et co-autrice du livre Trouver sa voie, 10 séances d’auto-coaching pour faire le bilan et oser la reconversion (Vuibert), vous donne des conseils pour vous réinventer et vous créer une vie professionnelle qui corresponde vraiment à vos envies profondes.

Selon un sondage de Microsoft réalisé sur le plan mondial, 40% des salariés envisagent de démissionner cette année ! Le phénomène de la “Grande démission”, venu des Etats-Unis, va-t-il se répandre en France ? Si vous faites partie des salariés qui réfléchissent à une éventuelle reconversion, une évolution de carrière ou un changement d’entreprise, voici les réponses aux questions que vous vous posez sûrement…

Trouver sa voie, ça veut dire quoi exactement ?

Cela veut dire trouver un poste dans lequel on se sent bien ici et maintenant, c’est-à-dire un métier qui nous correspond et qui répond à nos besoins. Cette temporalité est importante car on peut, bien sûr, changer de voie au cours de vie professionnelle, on n’est pas obligé de rester dans la même voie toute sa vie… même si on y a longtemps été épanoui ! L’important, c’est la direction, la trajectoire qu’on a envie de prendre pour les prochaines années, en essayant surtout de s’ouvrir le champ des possibles.

Est-ce grave si je n’ai pas de vocation ou de mission de vie ?

Pas du tout ! Tout le monde n’a pas de vocation ou de mission de vie, et ce n’est pas gênant. Oui, certaines personnes veulent exercer le même métier depuis tout petit, et se réalisent pleinement une fois adulte en l’exerçant. D’autres vont en changer en cours de route, ou choisir un métier qui leur permette de s’engager dans une association ou un projet passion dans leur vie personnelle. Il y a une multitude de trajectoires de vie individuelles, on peut s’épanouir en prenant des chemins très différents.

Quels signes montrent que je suis (ou pas !) à ma place ?

Les signes corporels sont les plus significatifs : baisse du niveau d’énergie, voire épuisement, humeur maussade, manque d’entrain, agacement… Est-ce que votre travail vous apporte de la satisfaction, ou est-ce qu’il vous vide complètement ? Notre cœur aussi, plus que notre raison, va nous guider pour nous dire si on est à la bonne place. C’est parfois difficile de l’écouter, mais en général, le cœur sait si on est à notre place ou non.

Trouver sa voie : comment s’y prendre concrètement ?

Quel est le premier pas à réaliser ?

Il s’agit d’abord de se dégager du temps et de l’espace au quotidien pour réfléchir à vos envies de changements. Ce n’est pas évident dans nos vies à 100 à l’heure, mais c’est indispensable. Vous pouvez choisir un endroit propice à cette réflexion, et prendre régulièrement des « rendez-vous avec vous-même ». Autre idée : choisir un joli cahier sur lequel noter vos réflexions. Sinon, votre projet risque de passer à la trappe, et vous de ruminer et d’accumuler les frustrations.

Avez-vous une liste de questions à se poser ?

Oui, voici quelques interrogations clés selon moi :
– Quelles sont vos sources d’insatisfaction aujourd’hui dans votre travail : votre poste, en lui-même, les conditions dans lesquelles vous exercez mon métier, les deux … ?
– Votre cœur de métier vous plait-il toujours ?
– Vos missions vous apportent-elles de la satisfaction ?
– Et votre entreprise : vous y sentez-vous bien (ses valeurs/son organisation) ?
– Quid de vos relations : sont-elles satisfaisantes ou au contraire délétères ?

En bref, faire le point sur ce qui ne va pas, c’est la première étape.

Demandez-vous ensuite ce que vous aimez réellement faire : quelles sont les activités qui vous procurent de la joie et du plaisir ? Dans quoi êtes-vous doué(e) ? Où se situent vos zones d’aisance et de facilité ? Sur ce point, n’hésitez pas à demander des feedbacks à vos collègues ou à vos proches pour vous aider à les trouver. Vous pouvez leur poser ces deux questions simples mais généralement efficaces : quels sont les principales forces/talents que vous avez observés chez moi ? Et si vous deviez me solliciter pour un conseil/une aide, ce serait dans quel domaine/sur quel sujet ?

Ces premiers questionnements vont vous permettre de savoir si vous devez changer de métier (et donc opter potentiellement pour une reconversion, plus ou moins radicale), ou plutôt changer d’environnement de travail tout en gardant le même métier.

Faut-il forcément se faire accompagner ? Qui peut m’aider ?

L’accompagnement n’est pas obligatoire, mais cela va vous engager dans une dynamique et vous faire passer à l’action. Un(e) coach va également vous aider à clarifier les choses et va vous guider étape par étape. Vous pouvez aussi acheter un livre, participer à des ateliers ou suivre un programme en ligne. Ce qui est clé ? Trouver la personne et la méthode qui vous conviendront le mieux.

Par contre, ce que je trouve indispensable dans le cas d’une reconversion, c’est de tester le métier convoité. Je vous conseille de rencontrer des professionnels de ce secteur et d’échanger pour balayer les idées reçues ou les mythes qui entourent certains domaines, et si possible de tester le métier s’il est éloigné du vôtre : la mise en pratique est la meilleure méthode pour savoir si l’on va dans la bonne direction ou non. En vous confrontant à la réalité du terrain, vous verrez in situ si ce métier est fait pour vous, ou si vous l’idéalisiez.

Existe-t-il des tests en ligne ou des exercices pertinents ?

Depuis quelque années, on parle beaucoup de l’Ikigai pour trouver sa voie. On utilise d’ailleurs ce concept puissant chez Oser Rêver Sa Carrière pour aider nos accompagnés à trouver leurs trajectoires personnelles et professionnelles (on le déconseille par exemple aux personnes multipotentielles ou aux slasheurs qui vont se trouver brider dans leurs aspirations). Ce n’est pas évident non plus de le réaliser seul(e) !

Concernant les tests en ligne, je vous recommande le RIASEC : c’est un test en ligne gratuit très utilisé par les conseillers d’orientation. Le profil RIASEC découle de la typologie de Holland. Selon cet auteur – et de nombreuses recherches l’ont confirmé – le choix d’un métier ou d’une profession est une forme d’expression de la personnalité d’un individu. Holland distingue six différents types de personnalité : (R) réaliste, (I) investigateur, (A) artistique, (S) social, (E) entreprenant et (C) conventionnel. Votre appartenance à l’un ou l’autre des six types serait déterminée par vos habiletés, par certains traits de personnalité et par vos intérêts.

Et pour trouver une voie qui vous corresponde vraiment, faites l’exercice du carré de vie. Cela vous permettra de choisir un projet qui va au-delà de vos aspirations professionnelles et s’intègrent parfaitement à votre vie plus globalement.

Est-ce utile de réaliser un bilan de compétences ?

Si vous en ressentez l’envie ou le besoin, oui. Un accompagnement va vous faire gagner du temps ! Par contre, cela demande de l’énergie donc je le déconseille tout de suite après un burn out ou si vous n’avez aucun temps à y consacrer. Si vous êtes en poste et que vous vous demandez si vous êtes à votre place, le bilan de compétences peut vraiment être utile. Ou encore si vous vous sentez perdu(e) et que vous n’arrivez pas à choisir une voie en particulier.

Les freins et les blocages au changement de voie professionnelle

Peut-on trouver sa voie (ou en changer !) à n’importe quel âge ?

Oui, bien sûr ! Par contre, à 20, 30 ou 50 ans, vos besoins ne seront pas les mêmes. Les questionnements restent identiques, en revanche je pense que nos attentes évoluent tout au long de notre vie. Nous accompagnons des personnes âgées de 25 à 60 ans. Et je constate que nos coachés sont de plus en plus jeunes. Beaucoup font des burn out ou sont en souffrance au travail très tôt, avant la trentaine, et engagent donc une réflexion très jeunes.

Est-ce normal d’avoir peur de changer de vie ?

Là encore, oui bien sûr ! L’idée est d’explorer vos peurs pour réussir à les dépasser. Mais si vous attendez de ne plus avoir peur, vous risquez de ne jamais quitter votre job. Constituez-vous une Dream Team : des personnes avec lesquelles vous pouvez partager vos réflexions, vos idées et vos envies. Elles vont vous aider à surmonter certains blocages et seront heureuses de vous aider. Enfin, gardez en tête que trouver sa voie prend du temps, cela ne se fait pas du jour au lendemain en un claquement de doigts. Ce temps sera aussi votre allié pour apaiser vos peurs.

Des ressources pour aller plus loin

Un webinaire pour réfléchir à votre nouveau projet professionnel

Jetez un oeil à notre webinaire “Changer de job, pourquoi pas moi ?” du lundi 4 avril à 9h. Un webinaire dynamique et pratique animé par Fabienne Broucaret, rédactrice en chef de My Happy Job by Moodwork, avec Caroline Averty et Marina Bourgeois, expertes de la reconversion. Au programme : amorcer votre réflexion et comprendre les raisons de votre ras-le-bol, les étapes pour réfléchir à un nouveau projet professionnel, les clefs pour passer à l’action et un temps pour répondre à vos questions ! Le replay :

Un livre pour oser la reconversion

Livre Guide Trouver sa voie Reconversion

Découvrez le livre Trouver sa voie : 10 séances d’autocoaching pour faire son bilan et oser la reconversion (Vuibert) de Marina Bourgeois et Caroline Averty.

Au sommaire :
– se reconnecter à son flow ;
– comprendre ses besoins pour être en phase avec soi-même ;
– faire éclore ses talents ;
– changer de voie si nécessaire.

Pour ne rater aucune actualité en matière de qualité de vie au travail, inscrivez-vous à la newsletter de My Happy Job, parcourez nos hors-séries thématiques  et découvrez notre annuaire du bien-être au travail.

A lire aussi :
Le thème de la semaine de la QVT 2022 ? En quête de sens !
–  Trouver sa voie : par où commencer ?
Je suis en poste et souhaite me reconvertir : par où commencer ?
Il n’y a pas d’âge pour changer de métier !

Article précédentQualité de vie au travail : les clés pour mettre en place une démarche QVT réussie
Article suivantL’hyperempathie : quelles sont les caractéristiques des personnes hyperempathiques ?
Diplômée de Sciences-Po Paris, Fabienne Broucaret est la fondatrice et la rédactrice en chef de My Happy Job. Conférencière, passionnée par les questions de mixité, elle est aussi l’auteure des livres "Le sport, dernier bastion du sexisme ?" et "A vos baskets toutes ! Tour de France du sport au féminin" (Michalon). Elle a aussi co-écrit “2h chrono pour déconnecter (et se retrouver)” avec Virginie Boutin (Dunod, mai 2018).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici