La crise du Covid-19 a bouleversé nos manières de travailler et notre rapport au travail. Elle a aussi permis un retour aux fondamentaux en matière de qualité de vie au travail ! Néanmoins, ils ne sont pas toujours faciles à mettre en œuvre. Quelles sont les clés d’une démarche QVT réussie ? Comment aider les salariés à préserver leur santé mentale ? Quels rôles pour les collaborateurs, les managers et la direction ? Eléments de réponse avec Antoine Courcoux, psychologue du travail et ergonome chez Moodwork.

Par où commencer une démarche QVT ?
Antoine Courcoux. La première étape est de bien comprendre les besoins des salariés et de l’entreprise. Pour les récolter efficacement, il est possible de mettre en place un comité QVT réunissant divers représentants de votre entreprise (manager, salariés, direction, membre CSE, etc.). Celui-ci vous permettra de définir des enjeux non seulement pour l’organisation mais également pour les équipes de travail et les individus. Ensuite, réalisez un diagnostic et n’hésitez pas à l’approfondir. Aidez-vous des enjeux les plus importants pour vous afin de choisir le questionnaire le plus adapté. Abordez cette étape dans une logique de compréhension du problème et non dans une recherche de solution. Si vous descendez trop vite dans l’entonnoir, vous passerez probablement à côté d’informations majeures.

Une fois ce diagnostic réalisé, place aux actions concrètes ?
A.C. Oui, en effet. Ne démarrez pas une démarche QVT si vous n’êtes pas prêt à agir. Impliquer l’ensemble de vos salariés dans une démarche qui n’aboutit à aucun changement, à aucune action générera une frustration qui aura l’effet inverse à celui initialement souhaité. Les salariés pourraient alors très rapidement se désengager et ne plus vous faire confiance. Définissez bien des actions à court, moyen et long terme. Cela vous permettra d’agir vite en mettant en place des actions rapidement visibles, ce qui donne tout de suite le sentiment que la démarche QVT fonctionne. D’une part, vos salariés seront rassurés, d’autre part, votre plan d’action sera plus concret.

Quels sont les pièges à éviter ?
A.C. L’erreur la plus répandue est de penser que la démarche est terminée une fois que les actions sont mises en place ! Certaines de vos actions peuvent avoir des conséquences inattendues, c’est pourquoi la QVT est une démarche continue et itérative. Il s’agit surtout de voir l’entreprise comme un système vivant qui évolue au fur et à mesure des projets, des réussites et des échecs. Tout comme la reconnaissance, la communication, la gestion ou l’organisation, la QVT évolue avec l’entreprise et il est important de rester informé sur ses évolutions.

Bien communiquer est-il aussi essentiel ?
A.C. Oui, tout à fait ! Il ne faut surtout pas négliger la communication. Il est très important que les salariés comprennent que les actions mises en place sont des conséquences directes de l’analyse qui a été menée avec eux. Ils seront ainsi plus impliqués et enclins à continuer la démarche. Cela rendra également plus simple la détection des actions qui ne conviennent pas et qui doivent être retravaillées.

Envie d’aller plus loin ? Découvrez le guide “5 étapes clés pour réussir votre démarche QVT” de Moodwork.

Pour ne rater aucune actualité en matière de qualité de vie au travail, inscrivez-vous à la newsletter de My Happy Job, parcourez nos hors-séries thématiques  et découvrez notre annuaire du bien-être au travail.

A lire aussi :
TPE-PME : découvrez un guide pratique pour favoriser la qualité de vie au travail
La qualité de vie au travail, c’est quoi ?

Article précédent54% des RH ne se reconnaissent pas dans le projet de leur entreprise
Article suivantLa prévention des troubles musculo-squelettiques
Diplômée de Sciences-Po Paris, Fabienne Broucaret est la fondatrice et la rédactrice en chef de My Happy Job. Conférencière, passionnée par les questions de mixité, elle est aussi l’auteure des livres "Le sport, dernier bastion du sexisme ?" et "A vos baskets toutes ! Tour de France du sport au féminin" (Michalon). Elle a aussi co-écrit “2h chrono pour déconnecter (et se retrouver)” avec Virginie Boutin (Dunod, mai 2018).

1 COMMENTAIRE

  1. Bonjour, je découvre en décalage votre webinaire que je trouve très intéressant et objectif.
    Je suis ravie que ce sujet soit autant développé et merci pour ça.
    Je me permets de citer les pratiques que j’exerce en entreprise dans la démarche QVT :
    1/ Massage Amma assis qui intervient sur les Troubles Musculo-Squelettiques (TMS) et les Risques PsychoSociaux (RPS) surtout à la pause déjeuner.
    2/ DO IN & Stretching sous forme d’ateliers en groupe -atelier d’1h15.
    Alors bravo pour vos explications et pour rappeler que la QVT est primordiale pour l’avenir des entreprises.
    Cécile G

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici