Pour ce 10ème épisode de “Ca me travaille !”, Fabienne Broucaret, rédactrice en chef de My Happy Job by Moodwork, reçoit Alexandre Stourbe, Directeur Général du Lab RH, une association rassemblant plus de 250 startups engagées dans l’innovation RH et 80 grandes entreprises adhérentes. Un écosystème collaboratif pour créer des liens et favoriser les interactions.

Après avoir travaillé dans le conseil et avoir été entrepreneur, Alexandre Stourbe a rejoint le Lab RH d’abord comme startupper, avant d’en devenir le Directeur Général. Selon lui, “il y aura un avant et un après crise sanitaire : le rapport au travail des salariés a changé, le sujet de la santé mentale a pris de l’ampleur, les salariés ont aussi de nouvelles attentes, on parle de plus en plus de quête de sens et d’évolution des pratiques managériales. On est encore en train de tâtonner et d’expérimenter mais cela bouge.”

 
Les enjeux clés pour les DRH : “l’utilisation même des bureaux, qu’est-ce qu’on en fait ? Il n’y a pas de recette miracle, à chaque entreprise de voir selon son ADN. La qualité de vie au travail est aussi un enjeu fort : comment je rends les salariés les plus épanouis possibles, donc comment je les manage et développe leurs compétences, dont les soft skills qui sont aujourd’hui un des critères de recrutement”.

Quelles sont justement les bonnes pratiques du Lab RH en matière de QVT ? Le télétravail libre tout d’abord. “Dans nos métiers, il est facile de tout gérer à distance, j’ai moi-même déménagé à Marseille l’an dernier. Tout est une question de confiance envers les salariés et freelances”. L’association laisse aussi des moments de respiration dans la semaine à ses salariés : “Tous les vendredis après-midi sont libres, sans rendez-vous prévus en interne”. Et pour entretenir le lien social ? “On essaie de garder le lien virtuellement par des réunions à distance, on revient au bureau avec un planning pour se voir et travailler de manière collaborative, on ne vient pas au bureau pour traiter ses mails ou passer des appels, on privilégier les temps d’échanges quand on est dans nos locaux.”
 
Quel métier rêvait-il d’exercer enfant ? Qu’est-ce qu’une journée de travail réussie pour lui ? Quelles sont ses astuces pour bien télétravailler ? Quid des clés d’une bonne QVT ? “Je suis très attaché à l’équilibre vie pro – vie perso, j’ai moi-même besoin de temps pour faire du sport, il est aussi important d’avoir une bonne ambiance, une vision claire et partagée, ainsi que de la confiance mutuelle.”

Pour écouter notre série de podcasts “Ça me travaille !” et vous y abonner, direction :

– Apple podcasts : https://podcasts.apple.com
– Spotify : https://open.spotify.com
– Deezer : https://www.deezer.com
– Podcast Addict : http://podplayer.netPour ne rater aucune actualité en matière de qualité de vie au travail, inscrivez-vous à la newsletter de My Happy Job, parcourez nos hors-séries thématiques  et découvrez notre annuaire du bien-être au travail. 

Article précédentSeulement 21% des salariés aidants sont accompagnés par leur entreprise
Article suivant4 idées pour réduire les nuisances sonores au bureau
Diplômée de Sciences-Po Paris, Fabienne Broucaret est la fondatrice et la rédactrice en chef de My Happy Job. Conférencière, passionnée par les questions de mixité, elle est aussi l’auteure des livres "Le sport, dernier bastion du sexisme ?" et "A vos baskets toutes ! Tour de France du sport au féminin" (Michalon). Elle a aussi co-écrit “2h chrono pour déconnecter (et se retrouver)” avec Virginie Boutin (Dunod, mai 2018).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici