« J’ai arrêté les mails le soir et les réunions après 18h pour aider mes collaborateurs à équilibrer leur vie »

pexels-photo-208106

Certains managers s’engagent au quotidien pour aider leurs collègues à concilier leurs vies personnelle et professionnelle. C’est le cas de Pierre-Edouard Hetier, directeur d’établissement TGV Rhône-Alpes, qui gère, avec son équipe d’une dizaine de collaborateurs, 800 salariés. Pour lui, l’équilibre des temps de vie favorise le bien-être des personnes, et la performance.

Que signifie pour vous la conciliation des temps de vie, et y avez-vous toujours veillé ?
J’ai 46 ans, je suis de la génération X, donc j’ai toujours été attaché à séparer la vie personnelle de la vie professionnelle, contrairement aux générations plus jeunes. Je fais probablement partie des derniers managers qui ont adopté le smartphone : pour moi c’était la version moderne du bracelet électronique ! J’ai toujours essayé de préserver mon couple et ma famille, car j’en ai besoin pour mon équilibre et mes performances professionnelles. Je pense qu’il en va de même pour mes collaborateurs, même si l’engagement que je prends pour leur faciliter la vie, des fois, j’ai du mal à me l’appliquer à moi-même. Pour moi, la conciliation ça veut dire être heureux d’aller au boulot le matin, et heureux de rentrer chez soi le soir. C’est trouver un équilibre entre vies professionnelle, personnelle et sociale. Comme un tabouret à trois pieds, qui tomberait si les pieds étaient trop rapprochés. Cet équilibre est source de bien-être, sachant qu’une personne plus détendue sera aussi plus performante dans son travail.

Comment aidez-vous vos équipes à trouver cet équilibre ?
En faisant en sorte d’éviter de reproduire les stéréotypes établis : par exemple au Codir, un collègue avait fait la blague typique de la journée de RTT quand un autre partait à 17h, j’ai dit « Stop ». Cet humour mal placé a un effet dévastateur et empêche beaucoup de monde, surtout des hommes, d’aller chercher les enfants à l’école, de faire des loisirs… Il faut en parler pour susciter des prises de conscience. Après, il y a plein d’éléments qui entrent en ligne de compte : une naissance, un décès, les examens des enfants, sont des moments où l’on a besoin de temps. Si une réunion s’éternise au risque de nous empêcher d’aller voir nos parents à une période où ils en ont besoin, on va passer le dernier quart d’heure à regarder sa montre, à envoyer des SMS… Des réunions qui se terminent à l’heure, c’est un gage de conciliation !

Au quotidien, avez-vous des exemples précis de mesures que vous avez mises en place ?
Au niveau des réunions, nous avons fixé une limite : pas après 18h ! Et nous décidons également de l’heure de fin, afin que tout le monde s’organise. Je fais aussi régulièrement le tour des bureaux le soir pour inciter les gens à rentrer chez eux. Chaque vendredi midi, je déjeune avec ma femme, mes équipes le savent afin que personne ne vienne avec un dossier urgent à 11h45. Je crois que le comportement du chef est responsabilisant : si j’y parviens, mes collaborateurs se l’autoriseront aussi. Pour cela, j’ai dû apprendre à déléguer : même les coups de fils, je ne les prends plus à ce moment-là. J’ai également arrêté de consulter mes mails pro en vacances depuis deux ans, et je ne le demande pas à mes équipes. Je n’envoie plus non plus de mails la nuit ou le week-end. Avant, si j’envoyais un mail à 23h, j’avais 90% de réponse avant minuit, ce n’est plus possible !

Ces changements sont-ils difficiles à mettre en place ?
C’est une philosophie à adopter. Sachant que j’ai des collaborateurs de tous les âges, certains sont nés avant l’ordinateur, d’autres un téléphone à la main… On doit avoir des règles pour utiliser intelligemment les outils. Je n’envoie, par exemple, plus de mails (sauf les collectifs pour lesquels je n’ai pas trouvé de solution) aux salariés qui sont en vacances. Depuis que je fais partie des « Happy Men » (1), j’ai accordé du télétravail à une femme à laquelle je l’aurais sûrement refusé il y a quelques années : j’ai pris conscience que certains moments de la vie demandent des aménagements. Pour aider les collaborateurs à trouver un équilibre, le fait de connaître un peu leur vie peut aider. Par exemple, moi, tout le monde sait que je fais du tennis le mercredi à 20h30. D’autres ont du mal à franchir le pas et pensent que tout cela doit rester à l’extérieur de l’entreprise… En tant que manager, je dois insuffler cela à mes équipes : si une femme vient m’annoncer qu’elle est enceinte, je la félicite seulement, pour le reste, l’organisation, le remplacement, on verra plus tard !

Est-ce plus difficile de le faire entendre aux hommes ?
C’est un des enjeux majeurs. Aujourd’hui, il y a des choses interdites aux hommes : si un homme demande un congé parental d’éducation ou un temps partiel, on s’inquiète pour sa carrière : c’est un état d’esprit à changer, des stéréotypes à faire tomber, pour que les hommes puissent aussi aller chercher les enfants à l’école, et plus seulement les emmener.

Pour ne rater aucune actualité en matière de qualité de vie au travail, inscrivez-vous à la newsletter de My Happy Job.

(1) Réseau d’hommes, managers et cadres dirigeants, engagés pour l’égalité hommes-femmes.

A lire aussi :
Et si vous appreniez à déconnecter en méditant ?
« Se réapproprier son temps; c’est passé d’un ressenti de temps subi à un ressenti de temps choisi »

Crédit photo : Pexels.

Étiquettes : , ,

Plus d'articles de la même rubrique:

De
Article Précédent Article Suivant

Commentaires

  1. Pingback: Kit a Changer | Pearltrees

  2. Pingback: La Fabrique Du Changement (lafabriqueduchangement) | Pearltrees

  3. Pingback: Qualité de vie au travail (QVT) | Pearltrees

  4. Pingback: 5 bonnes raisons de lire le guide pratique de la parentalité en entreprise – My Happy Job

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 shares