« Ici, on peut travailler à l’air libre et même pieds nus, mais surtout, on gère son travail en totale autonomie »

Photo 1

C’est en plein cœur de Béziers dans un ancien garage que niche Primum Non Nocere, une agence spécialisée en stratégie RSE, développement durable et santé. Cette société de 25 salariés a remporté il y a quelques mois le prix du master du bonheur au travail, catégorie “entreprise libérée”, décerné par 300 décideurs économiques de la région. Une récompense qui couronne une philosophie et des actions collaboratives impulsées depuis 2009 par son fondateur, Olivier Toma.

« J’ai travaillé 20 ans comme salarié, j’ai occupé des postes de direction d’hôtels et de cliniques, des structures lourdes et rigides. J’avais envie d’un environnement de travail plus agile, participatif, peu hiérarchique, où je pouvais mettre en oeuvre des décisions en accord avec mes valeurs, mener des actions ayant du sens pour moi et mes collaborateurs ».

Pari gagné pour cet ancien parisien expatrié dans le sud. Primum Non Nocere qui signifie “D’abord, ne pas nuire” – dixit Hippocrate, le père de la médecine – est devenu une référence pour accompagner les établissements de santé et leurs fournisseurs (laboratoires, sociétés de restauration collective, de location de linge…) dans leur responsabilité environnementale et sociétale.

Cette réussite s’appuie sur une équipe d’experts hétéroclites : thermiciens, qualiticiens, ingénieurs chimistes, un ergonome, une infirmière, une cuisinothérapeute… « Mon job consiste à répondre à leurs aspirations professionnelles et à créer un esprit de plaisir et de bienveillance partagés » explique Olivier Toma qui n’hésite pas à bichonner ses collaborateurs : cours de méditation, de réflexologie plantaire, de prévention des TMS, de naturothérapie, exercices de gainage…

« Au-delà, j’encourage et soutiens leurs envies d’engagement dans des projets sociétaux ou environnementaux externes ou internes à l’entreprise ». Certains salariés se transforment ainsi en lanceurs d’alerte pour faire interdire des produits nocifs ou dangereux pour la santé. D’autres accompagnent gratuitement des écoles biterroises dans leur démarche RSE ou animent des conférences sur la gestion des déchets, les mobiliers éco-responsables…

Fanny a entraîné ses collègues dans l’organisation d’un marathon éco-responsable, installé un lombric composteur pour recycler les biodéchets de l’agence et mis en place un atelier de fabrication de pâte à tartiner bio. « Quand on a une idée, on en parle librement en toute confiance » indique cette ingénieure chimiste de 23 ans, à la tête d’un projet de développement durable impliquant 250 établissements de santé de la région PACA.

Engagée dans le lobbying éthique, l’équipe lancera cet été un « lab RSE » en ligne référençant des produits innovants les moins impactant sur la santé humaine et l’environnement. « Et fin 2018, nous publierons un observatoire sur la qualité de vie au travail dont les résultats prouveront que les Français sont heureux de travailler » rajoute Olivier Toma.

« L’émulation intellectuelle et culturelle de l’agence crée une ambiance incroyable, souligne Agathe, ravie de préparer son master en alternance dans ce cadre de travail exceptionnel. Jugez plutôt : un open space de 300 mètres carrés décoré d’un mur végétal de 10 mètres et équipé de meubles en cartons ou matières recyclées. « On y travaille à voix basse et une oreille géante clignote quand on fait trop bruit ».

Pour discuter ou travailler en groupe, il faut se rendre dans les bureaux à l’étage où l’on peut aussi profiter de la terrasse avec ses 150 mètres carrés de potager, sa roseraie, son poulailler et ses trois ruches.

« Ici on peut travailler à l’air libre et même pieds nus, avoue Fanny. Mais surtout, on gère son travail en totale autonomie, libre de ses horaires et du lieu. Du moment que le client est content ». N’est-ce pas là l’essentiel ?

Pour ne rater aucune actualité en matière de qualité de vie au travail, inscrivez-vous à la newsletter de My Happy Job et découvrez notre annuaire du bien-être au travail.

A lire aussi :
Eurécia : « Le bien-être au travail ne s’achète pas, ne se décrète pas, il se co-construit »
Les 6 coworking les plus “happy” de Toulouse

Plus d'articles de la même rubrique:

De
Article Précédent Article Suivant

Commentaires

    • Alexandra
    • 10 juillet 2018
    Répondre

    Wahou, alors ça ça donne envie! Souvent on parle de “tyrannie du cool” en entreprise, celles qui veulent absolument être cool mais finissent par obtenir l’effet inverse et avoir encore plus de burn-out que les autres.
    Celle-ci paraît être l’entreprise de nos rêves: un cadre idéal, la liberté, l’autonomie, la confiance en ses employés! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 shares