La crise a-t-elle permis de lever le tabou de la santé mentale au travail ? Pour François Cochet, président de la Fédération des Intervenants des Risques Psychosociaux (FIRPS) interviewé lors du salon Préventica à Paris, il faut en faire un sujet de débat dans les entreprises et écouter davantage les salariés.

Pour la FIRPS, la santé mentale des salariés n’est pas qu’un sujet adressé aux Directions des Ressources Humaines : elle doit être plus que jamais un sujet prioritaire des Comex/Codir qui doivent interroger leurs organisations pour qu’elles deviennent plus attentives aux conséquences des mutations en cours sur les conditions de travail. Aux entreprises de jouer pleinement leur rôle de garant de la santé mentale des salariés.

L’essor des nouvelles organisations, le télétravail, le flex-office, sont porteurs de nouveaux risques. S’ils ne sont pas identifiés et prévenus aujourd’hui par le management et les directions, ces risques vont conduire à des tensions accrues dans les équipes et à des difficultés importantes en termes de gestion des ressources humaines.

Dans ce contexte, la FIRPS recommande plusieurs actions :

· La mise en place d’une politique de Santé et de Qualité de Vie au Travail à la hauteur du défi qu’imposent les conséquences de la crise Covid et des transformations des organisations ;
· La mise en place d’études d’impact et l’accompagnement au changement pour les entreprises confrontées à des transformations accélérées avec parfois une évolution brutale de leur modèle économique ;
· La formation des managers comme acteur de la prévention, face aux nouvelles formes de management (à distance, hybride, etc.) et aux risques et difficultés de leurs équipes
· La formation du personnel de santé et des managers à la détection et à l’orientation des personnes concernées par des pratiques addictives ;

· La mise à disposition de lignes d’écoute, de conseil et d’accompagnement psychologiques, qui permettent un accès immédiat à des psychologues qualifiés et des orientations auprès des professionnels identifiés.

Pour ne rater aucune actualité en matière de qualité de vie au travail, inscrivez-vous à la newsletter de My Happy Job, parcourez nos hors-séries thématiques  et découvrez notre annuaire du bien-être au travail.

A lire aussi : 
Marie Pezé : “Pendant la pandémie, 40% des salariés ont souffert de conflits éthiques et de mal travailler, c’est cela le terreau du burn-out”

 

Article précédent10 jeux à tester pour booster votre QVT !
Article suivantDanièle Linhart : “Le problème fondamental pour les salariés, c’est la reconnaissance”
Diplômée de Sciences-Po Paris, Fabienne Broucaret est la fondatrice et la rédactrice en chef de My Happy Job. Conférencière, passionnée par les questions de mixité, elle est aussi l’auteure des livres "Le sport, dernier bastion du sexisme ?" et "A vos baskets toutes ! Tour de France du sport au féminin" (Michalon). Elle a aussi co-écrit “2h chrono pour déconnecter (et se retrouver)” avec Virginie Boutin (Dunod, mai 2018).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici