Le cerveau en surchauffe, bombardé d’informations et stimulé à l’excès, il y a de quoi perdre le fil (et la force) de son attention. La “crise de l’attention” en cette “ère de distractions” est sur toutes les tribunes. Or, que sait-on de l’entraînement de l’attention ? Comment préserver cette précieuse ressource à la base d’une vie équilibrée et de l’efficacité au travail ? Explications et conseils pour muscler son attention envers et contre toute tentation de dispersion.

Se réapproprier son attention

Développer une attention soutenue, cela peut paraître banal, mais c’est pourtant la principale clé pour persévérer dans l’effort et atteindre ses objectifs. Parfois, ce sont nos pensées récurrentes qui retentissent sur notre qualité d’attention. Ainsi en est-il de la rumination mentale qui entrave notre faculté de concentration, accaparée par une difficulté non résolue. D’autres fois, c’est un «biais d’attention» qui nuit à la performance, soit une attention orientée de manière très sélective vers une cible principale : les risques (pensées anxieuses), les drames (état dépressif), les détails (tendance perfectionniste)…. Stress, fatigue, agitation peuvent aussi être surmontés grâce à une meilleure attention réceptrice, tournée vers l’environnement et les sensations physiques.

À chacun, sa force d’attention !

Focalisée, soutenue, divisée, alerte… il existe plusieurs types d’attention. Selon les situations – ou les activités – ce n’est pas le même type d’attention qui est sollicité. Savoir mobiliser la « bonne » attention au « bon moment » permet d’accroître la performance en plus de fixer des limites aux distractions environnantes. 

  • L’attention sélective (focalisation)

L’attention sélective opère un tri parmi la multitude d’informations en se focalisant sur celles qui sont pertinentes pour la personne.

  • L’attention soutenue (concentration)

L’attention soutenue est la capacité à maintenir son attention dans la durée en demeurant concentré.

  • L’attention alerte (vigilance)

L’attention alerte permet de réagir avec rapidité à une situation. Elle correspond à un esprit en état d’éveil.

  • L’attention divisée (ou partagée)

L’attention divisée permet de distribuer son attention de manière à exécuter simultanément plusieurs tâches.

Des exercices pour (ré)entraîner votre attention

Bonne nouvelle : il existe des exercices simples – qui peuvent devenir des habitudes – pour entraîner son attention ! Exemples.

  1. S’ancrer ici et maintenant

Besoin de vous recentrer ? Debout sur vos deux pieds, ressentez tout le poids de votre corps enraciné dans le sol et portez attention sur votre respiration : rythme respiratoire, mouvement du diaphragme, signaux de tensions. Cette simple attention au corps permet de revenir à soi et d’intensifier la sensation de présence physique ici et maintenant. 

  1. Faire une chose à la fois et chaque chose en son temps

Savoir établir ses (vraies) priorités permet d’aller à l’essentiel. C’est sans compter que mieux diriger son attention réduit la confusion et le tiraillement entre plusieurs tâches. Se fixer un temps limite pour réaliser ses objectifs rééduque l’attention soutenue. Travailler « top chrono » suscite même une routine mentale de performance.

  1. Agir en conscience

Agir en pleine conscience permet de gagner un supplément d’attention au travail comme dans la vie ! Contre les automatismes en tout genre, on prête attention à ses gestes quotidiens : marcher, manger, toucher, s’exprimer… De quoi perdre ses réflexes conditionnés et devenir plus attentif à soi et aux autres.

  1. Se mettre en mode « récréation »

Quand une pause s’impose, il faut savoir mettre son mental sur « off ». Pour relâcher son attention, connectez-vous à ce qui vous entoure, ressourcez-vous en pleine nature, laissez-vous porter par le plaisir des sens… Contempler le monde avec une attention flottante permet de s’évader peu à peu de ses préoccupations…

myriam jezequelFormatrice et chroniqueuse RH, Myriam Jézéquel (Ph.D) est l’auteure du livre pratique Attentif, heureux et efficace (Éditions Fides, 2016) et de plusieurs articles sur le sujet. Elle a publié une trentaine d’ouvrages à ce jour. Elle est aussi fondatrice d’Au p’tit Bonheur des mots inc. pour une touche de légèreté (et une attention particulière) au quotidien.

Pour ne rater aucune actualité en matière de qualité de vie au travail, inscrivez-vous à la newsletter de My Happy Job.

A lire aussi :
Sophrologie : un exercice pour réussir à se concentrer
“Se réapproprier son temps, c’est passer d’un ressenti de temps subi à un ressenti de temps choisi”

Crédit photo : Pexels.

 

6 Commentaires

Répondre à Espace de travail : 20 règles d’or pour un projet alliant bien-être et performance – My Happy Job Annuler la réponse

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici