Le télétravail a déstabilisé nos façons de travailler. Il a surtout amplifié nos tendances naturelles, qui peuvent du coup se transformer en défauts…

Selon la théorie de l’autodétermination de Ryan et Deci, nous avons tous besoin de nous sentir utiles (réalisation), d’avoir une marge de manœuvre (autonomie) et de bonne relations (connexion).

Si nous partageons tous ces trois besoins, nous avons également une dominante, qui peut se trouver exacerbée par le travail à distance :

Dominante réalisation : c’est la performance et la tâche qui comptent. Par conséquent, le télétravail peut devenir une source d’angoisse : « comment être sûr.e que ça avance, que les gens travaillent, qu’on ne va pas avoir de mauvaise surprise ? ». La réponse devient alors de se transformer en « control freak », à tout surveiller tel un.e gardien.ne de prison.

Dominante autonomie : c’est la liberté et souvent le besoin de passer du temps seul.e qui est important. Dans ce cas, le télétravail entraine une overdose d’interactions lorsque l’agenda se remplit de réunions virtuelles à n’en plus finir. La réponse : disparaitre dès que c’est possible, autrement dit pas obligatoire ou sans conséquences négatives.

Dominante connexion : se connaitre, échanger à un niveau humain plus que professionnel est le moteur. Ce sont les moments informels d’échanges qui manquent le plus et donnent un sentiment de desséchement. La réponse : prévoir des cafés virtuels, imposer des moments de partage « perso ».

Il n’y a rien de problématique dans ces adaptations en soi. Ce qui peut rendre les choses compliquées c’est que les dominantes vont avoir du mal entre elle : Réalisation va être angoissé.e par Autonomie (trop distant), tandis qu’Autonomie trouve Réalisation trop intrusif.ve. Connexion va avoir du mal avec la froideur de Réalisation et la distance d’Autonomie (qui en retour trouvent que Connexion fait perdre du temps).

Je suis sûr que vous vous pouvez identifier votre dominante ainsi que celle des personnes autour de vous. Pour améliorer vos relations de travail à distance, négociez : parlez de vos dominantes et identifiez la voie médiane qui permettra à tout le monde d’y trouver son compte : que Réalisation soit rassuré.e, qu’Autonomie ne se sente pas envahi.e et que Connexion ne se sente pas délaissé.e.

Envie d’aller plus loin ?

Retrouvez d’autres clés dans le livre Soft skills – 10 séances d’autocoaching pour cultiver ses talents (collection My Happy Job, Vuibert, mai 2020). Christophe Deval propose aussi un programme à distance pour mobiliser les 10 soft skills indispensables et relever vos défis. Plus d’infos : www.a-life.fr/modules-courts-a-distance/

Découvrez tous les livres de la collection My Happy job : www.myhappyjob.fr/les-livres/

Pour ne rater aucune actualité en matière de qualité de vie au travail, inscrivez-vous à la newsletter de My Happy Job, parcourez nos hors-séries thématiques  et découvrez notre annuaire du bien-être au travail.

A lire aussi :
5 écueils à éviter en télétravail
Télétravail et ergonomie : notre guide de survie

Photo de nappy provenant de Pexels

Article précédent“Manager, c’est un boulot qui s’apprend, comme on apprend à faire un shoot au basket !”
Article suivantUn site certifié “bain de forêt” en Gironde
Diplômé de l’ESSEC, psychologue clinicien et thérapeute praticien en thérapies comportementales et cognitive, Christophe Deval est spécialisé dans le développement de la flexibilité psychologique et comportementale et l’ACT (Acceptance and Commitment Training). Après 5 ans d’expérience en audit financier, puis 15 ans en ressources humaines, il a quitté KPMG où il était Directeur du Développement des Talents jusqu’en 2018 pour créer la société A.Life, dont la vocation est de développer l’agilité individuelle, relationnelle et collective, et plus généralement les soft skills internes. Il est co-auteur de « Vous avez tout pour réussir », « Simplifiez vos relations avec les autres » et auteur de « Découvrir l’ACT ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici