Bien-être au travail : comment marchent les palmarès et certifications récompensant les entreprises ?

Review, increase rating, performance and classification concept. Businessman draw five yellow stars to increase rating of his company, office in background.

Chaque année, plusieurs classements mettent en avant les entreprises qui agissent en faveur du bien-être de leurs salariés. Quelles différences entre Great Place to Work, Top Employers ou encore HappyAtWork ? On fait le point avec leurs responsables en France.

Top Employers

C’est quoi ? Un organisme de certification international spécialiste de la qualité des conditions de travail. A ce titre, il convient de préciser que la liste des entreprises certifiées ne constitue ni un palmarès ni un classement. A l’origine, Top Employers, qui existe depuis une vingtaine d’années, accompagnait les entreprises à communiquer autour de leurs bonnes pratiques RH pour, notamment, les mettre en avant dans les annonces d’offres d’emploi du cahier saumon du Figaro. S’en sont suivis un livre rassemblant ces bonnes pratiques, puis un référentiel qui est devenu un label.

Comment ça marche ? Le processus d’évaluation des politiques RH des entreprises se déroule en 5 étapes :
1. L’entreprise évaluée répond à une enquête sur ses bonnes pratiques RH
2. Top Employers Institute engage un processus de vérification de la réalité des offres RH
3. Le processus de Top Employers est soumis à l’audit d’un cabinet indépendant (Grant Thornton)
4. Le département Recherche du Top Employers Institute consolide l’ensemble des réponses
5. Après pondération, Top Employers Institute détermine les entreprises qui peuvent ou non prétendre à une certification.

Combien d’entreprises sont certifiées ? Un peu plus de 70 en France, 600 en Europe et 1200 dans le monde.

Combien ça coûte ? Environ 15 000 euros pour une prestation globale comprenant l’audit. Mais ce n’est pas parce que l’entreprise paie cette somme qu’elle sera automatiquement certifiée.

La tendance forte ? « Les jeunes sont beaucoup plus méfiants et exigeants que les générations précédentes ce qui est parfois déroutant, précise Benoît Montet, directeur France de Top Employers. Ils osent refuser des promotions, et ne se focalisent pas uniquement sur le salaire. Le télétravail, la flexibilité des horaires, l’engagement sociétal… Tout cela compte aujourd’hui beaucoup pour choisir une entreprise. »

Découvrez les entreprises certifiées en 2017 et leurs bonnes pratiques.

En savoir plus : www.top-employers.com/fr

Great Place to Work

C’est quoi ? En 1981, une maison d’édition de New York demanda à deux journalistes économiques — Robert Levering et Milton Moskowitz — d’écrire un livre intitulé The 100 Best Companies to Work for in America. Le rôle de la confiance sur le lieu de travail est apparu comme essentiel. C’est ainsi qu’est né l’Institut Great Place to Work qui est aujourd’hui présent dans une quarantaine de pays, dont la France depuis 2002. Des palmarès annuels récompensent les entreprises où il fait bon travailler.

Comment ça marche ? Les critères d’évaluation prennent en compte le point de vue des salariés (crédibilité de la direction, ambiance de travail, fierté d’appartenance, équité salariale…) et des managers (atteinte des objectifs, motivation des employés…). Les collaborateurs répondent aux 59 questions du Trust Index. Le questionnaire est envoyé à tous les salariés. Cependant, à partir de 1000 salariés, un échantillonnage peut être appliqué. Cela n’a concerné que 5 entreprises en 2016. Avec, pour toutes les entreprises, un seuil minimum de réponse pour être éligible au palmarès. Un autre outil, le Culture audit, permet d’évaluer les pratiques managériales, leur variété ou encore leur originalité, mais aussi d’identifier les écarts entre l’impact attendu des programmes et leur impact réel. Le Trust Index compte pour 2/3, le Culture audit pour un tiers.

Combien d’entreprises sont récompensées ?  85 entreprises lauréates en 2017 (contre 66 l’an dernier) sur 222 entreprises interrogées.

Combien ça coûte ? A partir de 3 500 euros. Le tarif varie selon le type d’analyse demandée (enquête basique ou approfondie, suivie ou non de recommandations). Mais ce n’est pas parce que l’entreprise paie cette somme qu’elle sera automatiquement intégrée au classement.

Une tendance clé ? « L’équilibre vie pro – vie perso est une préoccupation de plus en plus importante, souligne Patrick Dumoulin, directeur de l’Institut Great Place to Work en France. Il y a dix ans, parmi les entreprises lauréates, seulement 50% encourageaient leurs salariés à équilibrer leurs temps de vie, elles sont aujourd’hui plus de 71%. On constate également une attention croissante pour la qualité de l’espace de travail. »

Découvrez le palmarès 2017 de Great Place to Work.

En savoir plus : www.greatplacetowork.fr

HappyAtWork

C’est quoi ? Lancé en 2012 par meilleures-entreprises.com, ce classement récompense les sociétés les mieux notées par leurs salariés. Le but : prendre la température à l’intérieur de l’entreprise et la partager à l’extérieur.

Comment ça marche ? C’est la réputation de l’entreprise qui est prise en compte. Pour cela, on s’intéresse uniquement aux impressions et aux ressentis des collaborateurs. Un peu comme quand on demande à une connaissance : « C’est comment dans ta boîte ? ». Progression professionnelle, environnement stimulant, management & motivation, salaire & reconnaissance, fierté et plaisir. Voilà les six thématiques permettant d’établir les classements. Chacune des 18 questions posées aux collaborateurs est évaluée sur une échelle de 1 à 5. On leur demande également s’il recommanderaient leur entreprise à un ami. Particularité : les salariés peuvent spontanément se rendre sur le site Internet pour noter leur entreprise (leur profil est alors vérifié via LinkedIn notamment pour s’assurer de leur fiabilité) ou l’entreprise peut directement soumettre le questionnaire à ses salariés. Un seuil de participation minimum est requis, tout comme un minimum de 60% de recommandation, pour être éligible.

Combien d’entreprises sont récompensées ? 186 en 2017.

Combien ça coûte ? C’est gratuit.

Une tendance clé ? « Les salariés sont les meilleurs ambassadeurs de leur entreprise, estime Célica Thellier, co-fondatrice de Meilleures-entreprises.com. Celles qui sont récompensées leur permettent d’apprendre au quotidien. Elles les responsabilisent pour que chacun se sente partie intégrante du projet et donner ainsi du sens à leur travail. »

Découvrez le palmarès 2017 de HappyAtWork.

En savoir plus : http://happy-at-work.org/

Pour ne rater aucune actualité en matière de bien-être au travail, inscrivez-vous à la newsletter de My Happy Job.

A lire aussi :
– 
Les 3 leviers du bien-être au travail
9 conseils pour des espaces de travail conciliant bien-être et performance

Crédit photo : Fotolia.

Étiquettes :

Plus d'articles de la même rubrique:

De
Article Précédent Article Suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 shares