En France, près de 25% des salariés se disent très désengagés au travail (1). Comment (re)découvrir ses talents pour se sentir mieux dans son job ? Voici l’éclairage de Philbert Corbrejaud, auteur du livre “Libérez vos talents” (Eyrolles).

“Tu seras maçon comme ton père !” Voilà ce que lui a répondu sa mère quand Philbert Corbrejaud lui a dit, à 10 ans, fier de ramener un bon bulletin scolaire, qu’il voulait devenir avocat. Surtout, rester à sa place. Après avoir fait l’expérience du désengagement au travail dans des postes qui ne l’épanouissaient pas, il a décidé de monter sa propre entreprise. Et de ne plus se conformer aux attentes des autres…

Comment définissez-vous la notion de talents ?
Ce sont les aptitudes spécifiques à faire quelque chose de remarquable. Dans mon livre, je m’intéresse aux talents latents. Ce sont des potentiels encore cachés ou en attente de réveil. Ces compétences et savoir-faire sont susceptibles de se développer si vous acceptez de laisser la parole à votre passion et si les circonstances sont aussi favorables à ce passage à l’action. On dit souvent que certaines personnes ont de l’or dans les mains et n’en font rien. Quel dommage !

Pourquoi s’intéresser à ses talents latents ?
Pour éviter de se sentir frustré et malheureux au travail. Vous avez peut-être un projet qui vous tient à cœur, qui vous trotte dans un coin de la tête depuis longtemps, mais que vous n’avez jamais développé. Vous vous dites que ce n’est pas pour vous, que vous n’avez pas les compétences pour le mener à bien. En êtes-vous si sûr ? Collectivement, utiliser le plein potentiel des collaborateurs au service de la vision de l’entreprise est assurément une clé du succès, c’est source d’engagement et de motivation.

Quel premier pas réaliser ?
Il faut tout d’abord réussir à identifier son potentiel, donc apprendre à mieux se connaître. C’est vraiment le point de départ. Pour moi, un bilan de compétences permet de faire le point sur ce que l’on sait déjà faire, c’est un regard dans le rétroviseur. Un bilan de potentiel permet, lui, d’explorer les aptitudes que l’on n’a pas encore exploitées. Comme beaucoup, j’ai longtemps cru que le plus important dans un parcours professionnel était les diplômes. Pendant 20 ans, j’ai pris des cours du soir, j’ai accumulé les diplômes pour les afficher sur mon CV. Jusqu’à ce que je comprenne que je devais plutôt découvrir mon potentiel. Pour cela, de multiples tests existent : des tests de personnalité et des tests psychométriques comme Wave, le MBTI, l’enquête VIA sur les forces de caractère… Chacun permet d’en apprendre plus sur soi. C’est comme cela que je me suis rendu compte que mon sens de l’analyse n’était pas ma force alors que cette compétence était au cœur du métier de qualiticien que j’exerçais. A l’inverse, je n’exploitais pas du tout mon esprit inventif et mon appétence au changement. Cela m’a permis de comprendre la souffrance que je ressentais au travail.

Au-delà de ces tests, quelles pistes creuser ?
Demandez-vous ce que vous faites par passion. Faites-vous partie des bricoleurs du dimanche qui ne voient pas le temps passé ? La passion est quelque chose que l’on a chevillé au corps mais qui reste souvent cachée au fond de nous car la société dans laquelle nous vivons ne nous encourage pas à la prendre en compte et à la développer, en tout cas pas dans un cadre professionnel.

Est-ce que la crise du Covid-19 est une opportunité ?
Pour certains, cela peut paraître impossible. Mais je pense que cette pandémie est un bon moment pour appréhender votre vie professionnelle sous un autre angle. Vous pouvez faire un pas de côté dès aujourd’hui pour observer la situation autrement. Quelle est votre singularité ? Votre marque de fabrique ? Comment pouvez-vous la cultiver ? Ensuite, il existe de nombreux moyens de redonner du sens à sa vie professionnelle. Pas forcément besoin pour cela d’amorcer une grande transformation ! Vous pouvez tout simplement changer de poste dans votre organisation ou exercer le même métier dans un autre secteur d’activité.

(1) Institut de sondage Gallup, 2018. Les résultats de l’étude sont basés sur une série d’entretiens téléphoniques conduits entre février et mars 2018 sur des échantillons représentatifs et aléatoires de 1.000 employés adultes (+18 ans) en France. 

Pour ne rater aucune actualité en matière de qualité de vie au travail, inscrivez-vous à la newsletter de My Happy Job, parcourez nos hors-séries thématiques  et découvrez notre annuaire du bien-être au travail.

A lire aussi :
“Le management par les TAF (Talents-Appétences-Forces) est générateur de sens”
Les talents dans le monde du travail
Trouver sa vocation : l’exercice de toute une vie ?

Article précédentL’hypersensibilité en infographie
Article suivantAudrey Richard : “Les DRH ont un rôle majeur à jouer pour favoriser la qualité de vie au travail”
Diplômée de Sciences-Po Paris, Fabienne Broucaret est la fondatrice et la rédactrice en chef de My Happy Job. Conférencière, passionnée par les questions de mixité, elle est aussi l’auteure des livres "Le sport, dernier bastion du sexisme ?" et "A vos baskets toutes ! Tour de France du sport au féminin" (Michalon). Elle a aussi co-écrit “2h chrono pour déconnecter (et se retrouver)” avec Virginie Boutin (Dunod, mai 2018).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici