S’il y a bien un métier dont on parle beaucoup depuis plusieurs mois, c’est celui de DRH. Au coeur de la gestion de la crise sanitaire et de la généralisation du télétravail dans les entreprises, ils sont aujourd’hui au premier plan dans le passage en mode hybride. Pour évoquer ce métier, et les changements dans le monde du travail engendrés par la crise, Fabienne Broucaret, rédactrice en chef de My Happy Job by Moodwork, reçoit Audrey Richard, DRH du Groupe Up et présidente de l’ANDRH.

Comment (et pourquoi) est-elle devenue DRH ? Quels sont ses conseils pour les personnes souhaitant s’orienter dans les ressources humaines ? Quels sont les enjeux majeurs pour les DRH dans les mois à venir ?

Quand on lui demande ce qui lui plaît dans son métier, Audrey Richard insiste sur les aspects individuels et collectifs : “C’est d’aider les salariés dans leur parcours de développement, mais aussi de travailler sur les métiers de demain pour aider l’entreprise à rester compétitive. Il est nécessaire d’anticiper les évolutions, de s’ouvrir sur l’extérieur, de sortir de son bureau et d’échanger avec des pairs.”

Selon elle, la crise a-t-elle changé le regard porté sur le métier de DRH ? “Oui ! La crise a donné une autre vision des DRH. Ils ont été en première ligne pour organiser les cellules de crise, expliquer et mettre en œuvre les mesures, prendre soin des personnes. Les relations sociales ont aussi changé en entreprise, la crise a permis à toutes les parties prenantes d’être plus authentiques.”

Quel rôle pour les DRH dans une démarche de qualité de vie au travail ? “Un rôle majeur. C’est le DRH qui détecte les besoins, avec les managers, pour y répondre. Nous avons un rôle auprès des dirigeants pour leur apporter un éclairage sur ce monde qui évolue et leur faire des remontées terrain.”

Dans cet épisode, Audrey Richard revient aussi sur les bonnes pratiques du Groupe Up pour favoriser la QVT. Parmi elles :
– Des locaux agréables avec une conciergerie, une salle de repos et de sieste, des navettes pour rejoindre les transports en commun…
– Une assistante sociale ;
– Des règles pour bien vivre le télétravail : des réunions à distance de 45 minutes au lieu d’une heure pour se garder 15 minutes de repos (ou de traitement de mails), pas de réunions à l’heure du déjeuner…
– Des formations pour les managers sur les violences sexuelles et sexistes ;
– Des actions pour favoriser le bien-être physique et mental : sport, nutrition, déconnexion
La nouveauté de la rentrée ? L’expérimentation de walking desks !

Pour écouter notre série de podcasts “Ça me travaille !” et vous y abonner, direction :

– Apple podcasts : https://podcasts.apple.com
– Spotify : https://open.spotify.com
– Deezer : https://www.deezer.com
– Podcast Addict : http://podplayer.net

Pour ne rater aucune actualité en matière de qualité de vie au travail, inscrivez-vous à la newsletter de My Happy Job, parcourez nos hors-séries thématiques  et découvrez notre annuaire du bien-être au travail.

A lire aussi :
Comment cultiver une bonne qualité de vie au travail à distance ?
Patricia Wendling : “L’humain n’est pas qu’un capital, il est capital !”

Article précédentEt si vous vous intéressiez à vos talents cachés ?
Article suivantQualité de vie au travail : 5 initiatives d’entreprises qui pourraient vous inspirer !
Diplômée de Sciences-Po Paris, Fabienne Broucaret est la fondatrice et la rédactrice en chef de My Happy Job. Conférencière, passionnée par les questions de mixité, elle est aussi l’auteure des livres "Le sport, dernier bastion du sexisme ?" et "A vos baskets toutes ! Tour de France du sport au féminin" (Michalon). Elle a aussi co-écrit “2h chrono pour déconnecter (et se retrouver)” avec Virginie Boutin (Dunod, mai 2018).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici