Vous êtes titillé par l’envie d’entreprendre ? Vous en rêvez depuis longtemps mais n’osez pas franchir le pas ? Lisez donc 180° : Reconversion, réussir le virage de l’entrepreneuriat, un guide pratique et inspirant concocté par Marjorie Llombart, fondatrice de Dessine-moi une carrière, et Magali Perruchini, fondatrice du blog Les mains baladeuses. Interview.

Comment savoir si on est fait pour lancer son entreprise ou pas ?
Marjorie Llombart. Il faut prendre le temps de la réflexion, comprendre ses motivations, faire le point sur ses envies de changement. Il n’y a pas forcément un déclic précis à avoir. En revanche, il existe de mauvaises raisons de vouloir se mettre à son compte, notamment quand on agit contre quelque chose, en réaction à son manager qu’on ne supporte plus ou pour fuir une entreprise dans laquelle on ne se reconnait plus. Ce n’est pas suffisant, cela ne va pas vous porter sur la durée pour mettre en place une activité pérenne.

Quel premier pas conseillez-vous ?
M.L. Cela dépend si vous avez déjà une idée ou pas. Si vous avez une idée précise, essayez de la tester et de la prototyper le plus tôt possible. Cela vous permettra de faire des ajustements. Si vous n’avez pas d’idée, passez du temps avec des entrepreneurs, vous pouvez en contacter sur les réseaux sociaux, lors de salons, écouter des conférences ou des webinaires… Aller à leur rencontre va vous permettre de confronter votre vision de l’entrepreneuriat à la réalité, un peu comme lors d’une enquête métier quand on est en reconversion. Dans les deux cas, soyez ouvert et à l’écoute des autres, on ne réussit jamais seul !

Avez-vous des rôles modèles de femmes entrepreuneures ?
M.L. J’apprécie beaucoup Catherine Barba, c’est une visionnaire qui a réussi dans un secteur d’activité innovant, a revendu ses entreprises et aide désormais de jeunes entrepreneurs. Elle m’inspire beaucoup, j’aime son parcours. Il ne faut pas que les femmes aient peur d’avoir des ambitions et de les afficher. De manière plus générale, je pense qu’il faut se détacher de l’image de l’entrepreneur qui réussit car il travaille 70h par semaine et ne vit que pour son travail ! D’autres modèles de réussite sont possibles.

Quelles sont les qualités d’un bon entrepreneur ?
M.L. Il n’existe pas un profil type. Par contre, certaines qualités sont communes, comme la persévérance et la détermination. Les entrepreneurs ont un état d’esprit tourné vers les solutions : nous rencontrons des obstacles tous les jours, il faut savoir rebondir, s’adapter sans être trop rigide. La capacité à prendre des décisions est aussi importante. Il peut être intéressant de s’associer avec quelqu’un qui a un profil complémentaire pour réunir toutes ces qualités.

La crise que nous traversons peut freiner les envies d’entreprendre…
M.L. Oui, mais elle peut aussi créer de nouvelles opportunités, de nouveaux besoins. Bien sûr, cela dépend du secteur d’activité envisagé, mais il n’y aura jamais un moment parfait avec toutes les conditions réunies. Il faut faire avec le contexte actuel : les contraintes peuvent paradoxalement nous permettre d’être plus créatifs. N’hésitez pas à vous faire accompagner dès la création de votre entreprise, vous multiplierez ainsi vos chances de survie.

Savoir fédérer une communauté autour de son entreprise semble plus d’actualité que jamais, non ?
M.L. Tout à fait. Tous les outils technologiques pour y parvenir existent. Il faut s’y mettre avant même d’avoir vendu son premier produit en partageant la genèse du projet, les valeurs que l’on porte et les missions que l’on se donne. Vous créerez ainsi une communauté fidèle et engagée, ces fans seront vos meilleurs ambassadeurs pour la suite. Mais pour créer cette proximité, il faut créer du lien, rester en contact, interagir. Des entreprises comme Tediber, 1083 ou encore Respire sont de très bons exemples à suivre. Ils ont réussi à se démarquer des publicités classiques et à trouver une communication qui leur ressemble.

Que faire si notre entreprise se plante ?
M.L. L’échec est une étape, ce n’est pas une fin en soi, même si cela peut être très difficile à vivre. Il existe aujourd’hui des réseaux qui peuvent vous aider comme les Rebondisseurs ou encore 60 000 rebonds. Il est essentiel de ne pas rester seul dans cette épreuve. Vous pouvez réfléchir aux leçons que vous en tirez : identifiez ce qui a pêché, et ce qui s’est bien passé. Ensuite, reconnectez-vous à vos envies pour avancer.

Entreprendre, c’est la clé du bonheur au travail ?
M.L. Pas forcément ! Cela ne convient pas à tout le monde. Et il ne faut pas croire que c’est la panacée non plus ou le graal absolu. Créer sa propre activité est une façon de prendre sa vie professionnelle en main. Entreprendre peut ainsi contribuer à l’épanouissement, c’est en mon cas par exemple. Cela m’apporte une liberté incroyable pour gérer mon activité, mais aussi pour organiser ma vie. Pour que l’entrepreneuriat soit source de bien-être, il est primordial que les entrepreneurs prennent soin d’eux pour ne pas s’épuiser.

180° : Reconversion, réussir le virage de l’entrepreneuriat, Vuibert, 2020.

Vous trouverez dans ce joli livre des conseils, des exercices, mais aussi des témoignages. Un compagnon de route idéal pour tout aspirant entrepreneur !

 

Pour ne rater aucune actualité en matière de qualité de vie au travail, inscrivez-vous à la newsletter de My Happy Job, parcourez nos hors-séries thématiques  et découvrez notre annuaire du bien-être au travail.

A lire aussi :
– Je suis en poste et souhaite me reconvertir : par où commencer ?

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici