Tiens, et si on se disait bonjour ?

pexels-photo-573565

L’avez-vous remarqué ? Lorsque vous dites bonjour le matin en arrivant au travail, entendez-vous la réponse ? La personne à qui vous dites bonjour a-t-elle entendu votre bonjour ? Avez-vous été en relation durant ce bref moment ? Stéphane Nau, instructeur MBSR et de pleine conscience, expert en communication bienveillante et fondateur de « Comment ça va ? », réhabilite l’art de se dire bonjour.

Le mot bonjour est merveilleux. C’est un mot qui invite, qui accueille, qui aime. Dans le bonjour se trouve toute l’humanité : la mienne, la sienne et celle de toutes les personnes qui nous entourent. Regardons ce mot de plus près. Nous pourrions le diviser en deux : il y a « bon » et il y a « jour ». Dire bonjour est une façon d’accueillir ce moment comme un souhait sincère de passer une bonne journée. Lorsque nous arrivons au travail, nous sommes bardés de tous nos conditionnements et de l’humeur que nous avons posée sur notre journée depuis notre réveil.

Toute une réunion sous la douche !

Un bon jour commence en effet dès le moment où le corps se réveille. Avant même que la tête n’ait construit 1000 pensées, le corps est là et nous invite déjà à être dans un bon jour. Sauf si… nous laissons dès le réveil notre esprit créer des pensées du type « bon, quel est mon agenda aujourd’hui ? », « Oh, je ne me sens pas très en forme ce matin », « Cette journée va être difficile, je ne sens pas du tout le rendez-vous de 14 heures ». Ce qui ne manquera pas de se prolonger sous la douche (où il est possible que vous soyez déjà en réunion), puis durant le trajet pour vous rendre au travail (durant lequel vous ne serez pas attentif à ce que vous voyez), puis en arrivant au travail.

Il est probable que ces pensées ne vous accueillent pas dans une bonne journée. Une bonne journée dans le sens d’accueillir chaque instant de la journée comme un instant à vivre. Un instant à explorer, à découvrir dans toute sa nouveauté. Toutes ces pensées et habitudes mentales se concentrent à présent dans le moment où vous dites bonjour à votre collègue. Pour peu qu’il soit « de mauvaise humeur » (enfin, c’est vous qui pensez ça), alors votre bonjour se transforme en un mot froid, creux, sans aucune consistance. A peine une politesse. Vous répondez en pilotage automatique à une situation que vous aimeriez déjà voir terminée. Il est probable que, dans ce contexte, la suite de votre journée se déroule de la même manière.

Dire bonjour est le moment le plus important de votre journée de travail.

C’est le moment où vous pouvez opportunément vous connecter à votre humanité. C’est le moment où vous pouvez-vous relayer à l’autre, avec authenticité et amour. C’est le moment où vous pouvez être à l’écoute de vous-même et de l’autre et entrer en relation pour vous engager dans une journée qui sera nourrissante pour tous les deux. En effet, ce qui nous nourrit n’est pas le travail : c’est la relation humaine au travail. C’est elle qui structure notre journée et qui lui donne du sens. Dire bonjour sans le dire est simplement nier notre propre existence et celle de l’autre. Comment pouvons-nous vivre en l’absence de nous-même et de l’autre ?

Exprimer un « bon jour » est simplement une expression d’attention profonde, une façon de prendre soin de nous. En nous mettant à notre écoute, nous favorisons celle que nous protons à l’autre. Ainsi, nous pouvons exprimer avant tout (c’est-à-dire la relation fonctionnelle, de travail) la relation humaine. A l’écoute, nous avançons dans un NOUS joyeux plutôt que dans un JE de part et d’autre.

Comment faire alors ?

Et bien c’est très simple : il suffit au moment où vous souhaitez dire bonjour à un collègue de prendre un petit temps de respiration, disons quelques secondes, de le regarder tel qu’il est et de poser l’intention de lui dire un réel bonjour, dans le sens « je t’accueille dans cette journée qui est la tienne et qui est la mienne et qui est la nôtre, je te souhaite de profiter de cette journée et qu’elle soit nourrissante pour toi, et je suis à ton écoute ».

Essayez. Ne croyez pas ce qui est écrit dans cet article mais faites l’expérience par vous-même. Observez comment vous vous sentez lorsque vous dites bonjour en posant cette intention, et restez à l’écoute de l’autre. Que voyez-vous chez lui ? Peut-être est-il arrivé vers vous en ronchonnant, peut-être a-t-il formulé les mêmes pensées que les vôtres en se levant et qu’il était déjà en réunion sous sa douche. Imaginons cette situation et voyons la conséquence : un bonjour froid et sans amour va simplement créer les conditions pour que vos deux conditionnements et vos deux anxiétés se rejoignent dans une tension encore plus forte. Il est probable cette tension sera là et que le stress augmentera que tout au long de la journée.

Posez l’intention de dire bonjour avec chaleur, écoutez-vous et écoutez l’autre dans ce bonjour ! Cela vous permettra de passer à un autre niveau de relation : celui du cœur et de l’émotion. Les conditionnements sont abandonnés, l’anxiété tombe, et vous donnez une possibilité à chacun de retrouver l’autre dans son humanité.

Alors, êtes-vous prêts à dire bonjour ?

Cet article est extrait de notre hors-série #3 “Le bonheur, c’est les autres !”. Un magazine téléchargeable gratuitement.

Au sommaire : des conseils pour mieux communiquer et prendre soin les uns des autres, des bonnes pratiques pour (re)créer des liens, des clés pour les managers, des témoignages de collaborations réussies, des astuces pour entretenir une bonne ambiance au quotidien… Le tout assaisonné de confiance, de reconnaissance et de bienveillance.

Pour ne rater aucune actualité en matière de qualité de vie au travail, inscrivez-vous à la newsletter de My Happy Job et découvrez notre annuaire du bien-être au travail.

Plus d'articles de la même rubrique:

De
Article Précédent Article Suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 shares