LDLC, l’un des pionniers du e-commerce français, est passé l’an dernier à la semaine de quatre jours. Les 1000 collaborateurs travaillent désormais 32 heures, et bénéficient de trois jours de repos dans la semaine. Pour Laurent de la Clergerie, leur patron, la mesure permet d’améliorer la motivation, l’ambiance et la performance. Un exemple réussi !

Laurent de la Clergerie LDLC semaine de 4 jours Patron IncognitoLe « bien-être au travail », qu’est-ce que cela veut dire pour vous ?
Laurent de la Clergerie. C’est avoir envie de venir travailler. Avoir un cadre dans lequel on se sent bien et dans lequel on fait un travail qui nous plaît est important. Mais le bien-être au travail ne peut être atteint que si on est bien dans sa vie à côté.

Pour répondre à cela, vous êtes passés chez LDLC à la semaine de quatre jours en janvier 2021. Pourquoi et comment l’avez-vous mise en place ?
Laurent de la Clergerie. J’étais en quête de quelque chose pour que les gens se sentent bien et je suis tombé sur un article de Microsoft qui avait testé la semaine de quatre jours pendant un mois au Japon. J’ai réfléchi pendant deux jours en posant sur le papier ce qu’il se passerait et quel coût cela aurait pour l’entreprise si je le mettais en place. Pour moi, passer à 9h par jour était trop compliqué, notamment pour les salariés parents. Donc j’ai préféré 32 heures sur quatre jours. J’ai calculé un surcoût de 5 % de la masse salariale, avec une nécessité de faire quelques embauches, mais une économie le vendredi alors que seule la moitié de l’après-midi était vraiment efficace… Finalement j’en ai parlé à l’issue des NAO aux partenaires sociaux, qui ont réfléchi à l’accord et l’ont signé à l’unanimité.

“Cela me rend heureux de me dire qu’on peut changer une boîte avec les mêmes personnes”

Quels sont les bénéfices du passage à la semaine de 4 jours un an après ?
Laurent de la Clergerie. Je ne m’attendais pas à autant de positif ! L’ambiance est incroyable, les gens ont le sourire et derrière cela crée une efficacité extraordinaire. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : il y a un an et demi on faisait 497M € de chiffres d’affaires à 1060 et cette année on va réaliser 730M€ à 1040. C’est ma surprise, je n’ai pas eu besoin de recruter car les collaborateurs sont plus efficaces. Je n’ai jamais demandé de faire le même travail en quatre jours, mais dans les faits les gens sont tellement reposés que la cadence augmente. Pour les salaires les plus bas, cette journée représente aussi une économie de déplacement, de frais de garde d’enfants… Certains salariés ont dit gagner 200 euros par mois grâce à ça. Et on a augmenté les salaires de 6 % en moyenne l’an dernier pour partager les bonnes performances.

Cela pourrait apporter une « relance par le temps libre » pour la société, dîtes-vous ?
Laurent de la Clergerie. En effet, je m’oppose aux économistes qui disent que passer à 4 jours travaillés va créer de l’emploi. Je constate dans mon entreprise que c’est faux. Je n’ai dû embaucher que dans les toutes petites boutiques. Par contre, tous ces gens qui auront trois jours de repos par semaine vont continuer à faire les courses et le ménage pendant un jour, à se reposer vraiment le dimanche, et il leur reste un jour, durant lequel ils peuvent vraiment profiter, faire du yoga, du sport, des activités de loisirs. Ce nouveau besoin, multiplié par des milliers de personnes, peut créer des emplois.

Comment gérez-vous la problématique de la déconnexion alors qu’avec trois jours de repos les collaborateurs peuvent être tentés de consulter davantage leurs mails ces jours-là ?
Laurent de la Clergerie. Il y a une règle : ne pas répondre aux mails ou au téléphone quand on ne travaille pas. Bien sûr, certains le font. Il y a des cas extrêmes, des cadres au forfait jours (dont le forfait a été revu à un forfait jour sans RTT pour passer à 4 jours sans perte de salaire, ndlr) qui travaillent 50 ou 60 heures/semaine. Certains me disent qu’ils répondent à leurs mails pendant leurs jours off, mais malgré tout, ce jour en plus devient tout de même un vrai jour off pour eux. On ne peut pas changer les gens, mais en ce qui me concerne, si j’envoie des mails le week-end, je les programme pour une réception le lundi matin. Le troisième jour de repos ôte surtout une pression et crée donc un meilleure équilibre.

“Mon but est d’embarquer d’autres entreprises à me suivre dans la semaine de quatre jours”

Vous prônez aussi depuis plusieurs années le management collaboratif, comment ça se passe ?
Laurent de la Clergerie. On était déjà dans une boîte où le bien-être était important, c’est-à-dire pas de flicage, et pas de contrôle. Je répète tout le temps que le manager est un coach, pas un chef. À force de le dire, cela entre dans les mœurs, et le dire devant les salariés permet de forcer les managers à l’appliquer. La confiance et la bienveillance sont hyper importantes. J’ai perdu des managers au début à cause de cela. Mais, par exemple, le management collaboratif a été de laisser les services s’organiser comme ils le souhaitaient pour le passage aux quatre jours avec une seule consigne : fonctionner comme avant pour l’extérieur.

Trois coachs ont été aussi formés en interne afin d’accompagner les collaborateurs dans leur développement personnel. Qu’apportent-ils ?
Laurent de la Clergerie. Ce sont des personnes qui ont été formées depuis trois ans et sont devenues coachs à plein temps. Elles accompagnent les salariés quand ils ont besoin de travailler sur des compétences liées au travail : bien travailler en équipe, savoir prendre la parole en public, résoudre les conflits aussi car ils peuvent exister même dans les boîtes où ça va bien ! On les a formées avec un objectif de développement personnel et de développement collectif.

Avez-vous des mesures pour évaluer ces aménagements ?
Laurent de la Clergerie. Je regrette de ne pas avoir fait de mesures de satisfaction avant pour prouver désormais que ça marche. La seule note que l’on a est celle du classement Great Place to Work, qui était déjà très bonne. J’attends la prochaine pour évaluer la progression. Mais en vrai, je n’ai pas vraiment besoin d’études et de mesures pour prouver que ça marche, car quand on parle aux salariés, ça saute au yeux. Cela me rend heureux de me dire qu’on peut changer une boîte avec les mêmes personnes. Il y a six ans, on a connu une journée de grève, aujourd’hui quand je vois la fierté d’appartenance, tout cela a disparu… Quand on croit aux gens, ça marche !

Après la semaine de 4 jours, quelle est votre prochaine mesure en faveur du bien-être au travail ?
Laurent de la Clergerie. Il n’y en aura pas de prochaine tout de suite car mon but est d’embarquer d’autres entreprises à me suivre dans la semaine de quatre jours. Si je vais trop loin, trop vite, ça ne fonctionnera pas ! Je veux promouvoir la semaine de quatre jours et ça me prend la moitié de mon temps en total bénévolat – je travaille donc plus que quatre jours ! Ce que nous vivons est incroyable et c’est injuste que les autres ne le vivent pas. »

Livre blanc qualité de vie au travail retail et commerces

Santé mentale, conciliation vie pro – vie perso, RSE, développement des compétences… Découvrez comment favoriser la qualité de vie au travail dans le secteur du retail, notamment en magasins, grâce à notre nouveau livre blanc.

 

 

Pour ne rater aucune actualité en matière de qualité de vie au travail, inscrivez-vous à la newsletter de My Happy Job, parcourez nos hors-séries thématiques  et découvrez notre annuaire du bien-être au travail.

A lire aussi :
Semaine de 4 jours : de plus en plus d’entreprises s’y mettent
– Travailler 4 jours par semaine, le nouveau graal ?
Chez JPMBB, on travaille 4 jours par semaine l’été !

Crédit photos : Véronique Védrenne

Article précédentJournée des droits des femmes : 5 idées pour favoriser l’égalité en entreprise
Article suivant“La crise a modifié notre rapport au travail”
Titulaire d’un master de journaliste au Celsa (Paris), Lucie Tanneau est journaliste indépendante, sillonnant la France, et plus particulièrement l’Est de la France au gré des thèmes de ses articles. Elle collabore à de nombreux titres, de Liaisons sociales magazine, La Vie, et Okapi, en passant par Grand Est, l’Est éclair, Village, et Foot d’Elles.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici