En France, 1000 personnes apprennent chaque jour qu’elles ont un cancer. Parmi elles, 400 travaillent. Comment concilier maladie et travail ? Le cancer est-il encore tabou dans les entreprises ? Quelles sont les bonnes pratiques à mettre en place dans les organisations ? Pour ce 5ème épisode de “Ça me travaille !”, Fabienne Broucaret est partie à la rencontre d’Anne-Sophie Tuszynski, fondatrice de Cancer@Work, un club d’entreprises engagées, et de Wecare@work, une start-up sociale et solidaire.

Ce qui la rend heureuse aujourd’hui au travail ? “Rencontrer des personnes formidables ! J’essaie aussi de garder un équilibre, de profiter de ma famille. Le métier de chef d’entreprise est extrêmement prenant, mais on est aussi un peu plus maître de son temps et de la gestion de ses priorités, c’est une liberté gagnée à laquelle je renoncerai certainement jamais.”

Elle-même touchée par un cancer en 2011, Anne-Sophie Tuszynski est également à l’origine de la compétence “Fighting cancer” sur LinkedIn : “Je crois que dans l’expérience de vie de la maladie, comme dans toute expérience forte, on développe des qualités et des compétences précieuses pour soi-même, mais aussi pour le monde du travail.”

Voici les résultats du baromètre 2019 Cancer@work synthétisés en une infographie

Pour ne rater aucune actualité en matière de qualité de vie au travail, inscrivez-vous à la newsletter de My Happy Job, parcourez nos hors-séries thématiques  et découvrez notre annuaire du bien-être au travail.

A lire aussi :
“Si le cancer n’est pas toujours synonyme de reconversion, la maladie entraîne des questionnements sur la vie et sur soi”
Les chiffres clés du baromètre des Aidants

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici