Le courage s’apprend et se travaille au quotidien ! Voilà ce que démontre Margaux Rambert, journaliste, dans son livre Managers, osez le courage ! Le guide pour trouver sa juste place (Vuibert). Comment révéler et cultiver le courage managérial ? Découvrez ses conseils pour mettre cette vertu cardinale au cœur du management.

1° Bien comprendre la définition du courage managérial

Le courage managérial est une notion qui couvre de multiples aspects. On l’assimile souvent à la prise de décisions, au fait d’oser dire non. C’est un aspect important, mais on ne peut pas réduire le courage managérial à cela.

Etre courageux, ce n’est pas…

… être parfait !
Un manager courageux n’est pas parfait. Il ne sait pas tout, il peut faire des erreurs et demander de l’aide. Assimiler le courage et la perfection est un fantasme, cela met aussi beaucoup de pression sur les managers.

« Si on manage, on doit accepter de ne pas avoir raison tout le temps, d’être challengé : c’est l’exercice même du métier, estime le psychologue du travail Adrien Chignard qui signe la préface du livre “Managers, osez le courage !”. Celui qui pense être omniscient ou omnipotent est un gourou. Mais avoir des fidèles, ce n’est pas avoir une équipe. »

… être un guerrier !
Le courage n’est pas forcément brutal. Il ne s’agit pas d’imposer ses points de vue à tout prix ou de mettre une armure pour se blinder. Un manager aussi courageux soit-il a le droit d’avoir des peurs et des doutes.

Etre courageux, c’est plutôt…

… savoir se connecter à son humanité et utiliser ses soft skills à bon escient. Ainsi, l’intelligence émotionnelle est déterminante. En effet, le courage vient du cœur, et constitue une affaire de corps, et non de raison. Un élément intéressant quand on le rapproche de l’étymologie du mot manager. Manager vient notamment du vieux français «mesnager». Manager, c’est ainsi ménager, faire attention à, prendre soin.

2° Se reconnecter à soi

Il est difficile d’être un bon leader pour les autres si on n’est pas déjà un bon leader de soi-même. Se connaître, écouter ses besoins, savoir pourquoi on est devenu manager, accepter ses vulnérabilités… En se reconnectant à soi, on se reconnecte aussi à ses valeurs. Or, ce sont elles qui vont vous guider au quotidien. Pour identifier vos valeurs vous pouvez vous appuyer sur la théorie de Schwartz qui a mis en avant 19 valeurs. 

3° Faire chaque jour un acte courageux

Etre courageux n’est pas un acte extraordinaire, ou l’apanage de managers ou de patrons hors du commun. Personne ne peut être courageux tout le temps. Mais chaque jour, il est possible de faire un acte courageux : refuser un énième dossier qui va surcharger son équipe de travail, intervenir lorsqu’un collègue parle mal à un autre, dire vraiment les choses, reconnaître que l’on a pu se tromper ou que l’on ne sait pas tout, éviter de renvoyer en permanence la balle aux autres, assumer ses responsabilités, faire preuve d’audace lors d’une réunion…

4° Défendre son équipe et en faire une priorité

Un manager n’est rien sans son équipe ! Il doit en prendre soin, la protéger, soutenir ses collaborateurs, les orienter quand ils traversent une période de doute, savoir où chaque collaborateur est le meilleur et lui permettre de grandir. Il est facile d’être là quand tout va bien, dans les succès. Mais une équipe se sent en sécurité lorsqu’elle sait que son manager sera là aussi dans les moments compliqués, qu’il saura poser des limites. C’est ce qui va générer de la confiance.

En pratique, prévoyez des plages où vous êtes là exclusivement pour les membres de votre équipe, des moments où vous leur offrez votre soutien, ou vous vous rendez vraiment disponible pour répondre à leurs besoins. Ces besoins, impossible de les comprendre sans d’abord les écouter. Il s’agit d’offrir à ses collaborateurs une écoute active. Écouter activement, c’est focaliser toute son attention sur l’autre.

5° Etre transparent, juste et exemplaire

Faire ce qu’on dit, dire ce qu’on fait. Le proverbe bien connu constitue un pilier de la pratique managériale. Vous promettez de défendre un poste, une promotion, une augmentation, un projet ? Tenez parole ! Faire preuve de courage, c’est travailler son intégrité. Un manager doit avant tout être loyal à lui-même et arriver à ne pas se perdre, à faire jonction entre son équipe et l’entreprise.

«À tout moment, il faut être exigeant, avant tout avec soi-même, estime Ludovic Girodon, consultant et conférencier dans le livre “Managers, osez le courage !”. C’est la condition pour pouvoir prendre des décisions difficiles, comme se séparer de quelqu’un, pour
taper du poing sur la table.»

Jeune manager ou dirigeant aguerri, vous trouverez dans le livre de Margaux Rambert une véritable boîte à outils pour développer votre courage managérial.

Exercices pratiques, conseils de spécialistes et témoignages de patrons et de managers vous aideront à assumer ce que vous pensez bon pour votre équipe.

Pour ne rater aucune actualité en matière de qualité de vie au travail, inscrivez-vous à la newsletter de My Happy Job, parcourez nos hors-séries thématiques  et découvrez notre annuaire du bien-être au travail.

A lire aussi :
“Le courage managérial est souvent le grand absent des échanges en entreprise”
“On manque de gens en entreprise qui osent sortir de la routine”
« L’assertivité crée une relation de confiance et libère la parole »

Article précédent4 conseils pour rester vous-même !
Article suivantEst-ce aussi facile de décrire une pelle que la QVT ? 
Diplômée de Sciences-Po Paris, Fabienne Broucaret est la fondatrice et la rédactrice en chef de My Happy Job. Conférencière, passionnée par les questions de mixité, elle est aussi l’auteure des livres "Le sport, dernier bastion du sexisme ?" et "A vos baskets toutes ! Tour de France du sport au féminin" (Michalon). Elle a aussi co-écrit “2h chrono pour déconnecter (et se retrouver)” avec Virginie Boutin (Dunod, mai 2018).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici