Télétravail, digital, Covid-19… Quels sont les impacts durables de la crise sanitaire sur la charge mentale des salariés ? Quelles solutions sont vraiment utiles en entreprise ? Quid du monde du travail de demain ? Découvrez les enseignements clés de l’étude de Dynamic Workplace et Speak & Act (1).

La charge mentale est désormais une expression bien connue. Elle correspond au fait d’avoir à penser de manière simultanée à des tâches ou choses qui appartiennent à des univers bien distincts, exemple courant : le travail et la vie personnelle.

Les femmes plus impactées

L’étude montre tout d’abord une inégalité forte entre les deux sexes : en moyenne, les femmes ont eu 2 fois plus recours aux arrêts maladies pour des raisons professionnelles que les hommes. Cette différence est d’autant plus grande pour les femmes cadres ayant des enfants (4 fois plus que les hommes cadres sans enfant).

 

Demander de l’aide à son manager ou ses collègues peut être une première étape pour alléger sa charge mentale et prévenir le burn out. Or, peu de collaborateurs le font vraiment. Pourquoi ? Trois raisons principales ressortent de l’étude : la peur du regard des autres, la peur de freiner son avenir professionnel et la peur d’être la source du problème.

Pendant le premier confinement

43% des sondés attestent que leur motivation et leur engagement envers leur entreprise ont été impactées négativement durant cette période de confinement. Cette insatisfaction est deux fois plus importante dans les grandes entreprises que dans les PME. Pendant le confinement, le pourcentage de collaborateurs n’étant jamais sollicité en dehors des horaires de travail (sauf urgence) a chuté de 13 points en passant de 38% à 25%.

60% déclarent être souvent stressés pour des raisons professionnelles, c’est deux fois plus qu’avant le confinement. En effet, 65% des sondés estiment leur niveau de stress entre 7 et 9 sur 10 pendant le confinement. Ce sentiment d’anxiété fort s’explique du fait d’une grande difficulté pour les collaborateurs à dissocier les sphères professionnelle et personnelle. Il ressort enfin de l’étude des augmentations significatives entre l’avant et pendant confinement, notamment sur la question du travail durant le week-end (+20 points de pourcentage), le fait de penser au travail avant de dormir (+14 points de pourcentage) ou de lire ses mails avant de dormir (+13 points de pourcentage). 46% des collaborateurs attestent que les situations et mails « urgents » se sont multipliés par rapport à l’avant crise.

« Instaurer de nouveaux modes de travail, oui, mais pas au détriment de l’expérience collaborateur, commente Philippe Morel, co-fondateur de Dynamic Workplace.Face à la crise, le télétravail en mode “forcé” a montré ses limites et prouve l’importance d’un espace de travail optimisé, au service des collaborateurs. Au bureau, une réorganisation des m2 s’impose, permettant au passage aux entreprises d’adopter une démarche durable, de se conformer au décret tertiaire et de diminuer leurs coûts. »

« Les collaborateurs de demain recherchent avant tout une entreprise qui propose des modes de fonctionnement agiles et flexibles qui leur permettront de s’épanouir pleinement, précise Niels Tatem fondateur de Speak & Act. Pour les nouvelles générations, postuler dans une entreprise peu investie dans la qualité de vie au travail et la baisse de la charge mentale de ses collaborateurs est inenvisageable. Ces notions font partie intégrante de la marque employeur de l’entreprise et conditionnent l’attraction et la rétention des talents. » 

(1) En partenariat avec Herman Miller, l’hôpital européen de Paris et la Région Ile-de-France. Méthodologie : Le questionnaire 1 a été mené de janvier 2020 à mars 2020 auprès d’un panel de 1000 répondants (collaborateurs et managers d’entreprises sur le territoire français). Le questionnaire 2 a été mené de mars 2020 à mai 2020 auprès d’un panel de 1128 répondants (collaborateurs et managers d’entreprises sur le territoire français). Le questionnaire 3 a été mené de janvier 2021 à mars 2021 auprès d’un panel de 1000
répondants (collaborateurs et managers d’entreprises sur le territoire français). Le questionnaire étudiant a été mené de septembre 2020 à décembre 2020 auprès d’un panel de 900 étudiants sur le territoire français.

Pour ne rater aucune actualité en matière de qualité de vie au travail, inscrivez-vous à la newsletter de My Happy Job, parcourez nos hors-séries thématiques  et découvrez notre annuaire du bien-être au travail.

A lire aussi :
Alléger sa charge mentale, au boulot aussi !
Infographie : Charge mentale, comment éviter la surchauffe ?
Charge mentale : les clés pour ne pas craquer

Article précédent10 astuces pour (bien) communiquer au travail
Article suivantLaëtitia Vitaud : “En France, les femmes sont des superwomen qui doivent être partout !”
Diplômée de Sciences-Po Paris, Fabienne Broucaret est la fondatrice et la rédactrice en chef de My Happy Job. Conférencière, passionnée par les questions de mixité, elle est aussi l’auteure des livres "Le sport, dernier bastion du sexisme ?" et "A vos baskets toutes ! Tour de France du sport au féminin" (Michalon). Elle a aussi co-écrit “2h chrono pour déconnecter (et se retrouver)” avec Virginie Boutin (Dunod, mai 2018).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici