Le confinement et le télétravail liés à la crise sanitaire ont poussé les Français, notamment les citadins, à rêver de campagnes et de villes plus petites. Le palmarès Great Place To Work® des villes où les Français aimeraient le plus travailler en 2020 confirme, lui, les tendances des années précédentes (1).

Pour la 7e année consécutive, Bordeaux arrive en tête du classement des villes où il fait bon travailler. Paris est, cette année, remontée sur la deuxième marche du podium et devance Toulouse alors que la ville rose tenait sa deuxième position depuis trois ans. Grande nouveauté, Lyon gagne une place au pied du podium et devance Aix-en-Provence et Montpellier qui recule de deux rangs par rapport à 2019, disparaissant du top 5.

Au-delà de la qualité de vie offerte par la métropole bordelaise, classée au patrimoine mondial de l’Unesco, de la proximité avec la mer et la montagne, du patrimoine viticole et des nombreux efforts des pouvoirs publics pour favoriser la filière numérique depuis l’obtention du label FrenchTech en 2014, les opportunités professionnelles foisonnent et entretiennent le dynamisme de la ville.

47% des Français (57% chez les jeunes) ont indiqué qu’ils vivaient dans l’une des villes qu’ils ont sélectionnées comme leur préférée. Et 59% des Français, (71% chez les jeunes) seraient prêts à déménager pour leur travail. Parmi les critères de sélections des Français, parmi une liste proposée par le questionnaire, la qualité de vie arrive en premier pour 71% des interrogés et 65% des jeunes, largement devant le dynamisme économique de la ville (33% et 36%), la proximité avec la famille ou les amis (29% et 30%) ou encore le coût du loyer (27% et 28%).

Parmi les autres critères qui expliquent leur envie de travailler dans une ville en particulier, on retrouve principalement les infrastructures et l’accessibilité de la ville pour 17% salariés français ; une tranche de vie liée à leur âge ou celui de leurs enfants pour 15 % et la qualité de l’enseignement pour 7% des personnes interrogées.

Les préférences des jeunes

Du côté des moins de 34 ans, le classement varie, Paris et Lyon devancent Bordeaux avec respectivement 27 et 26% des résultats. Si les préférences des moins de 34 ans diffèrent de celles de l’ensemble des salariés français, c’est qu’ils n’accordent pas la même importance aux différents atouts que proposent les villes. Les villes du Sud dominant largement le classement, les millenials semblent accorder plus d’importance que le reste de la population active au dynamisme économique et aux opportunités d’emplois, ainsi qu’aux infrastructures de transport et à l’accessibilité de la capitale. Le dynamisme culturel, l’environnement, le climat, entre autres, demeurent les premiers facteurs d’attractivité des villes dans lesquelles il fait bon travailler.

(1) L’étude, réalisée chaque année depuis 2013 par Great Place To Work®, a été menée de janvier à février 2020 auprès d’un échantillon représentatif de la population active française de 2 567 personnes dont 789 salariés de moins de 35 ans.

Pour ne rater aucune actualité en matière de qualité de vie au travail, inscrivez-vous à la newsletter de My Happy Job, parcourez nos hors-séries thématiques  et découvrez notre annuaire du bien-être au travail. 

Photo by Vince Gx on Unsplash

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici