« La routine limite notre potentiel et notre créativité »

albanmichon_presse1

Plonger sous la banquise ? Longer le Groenland en kayak ? Il l’a fait. Lui, c’est Alban Michon, 40 ans, aventurier et conférencier. Son leitmotiv : sensibiliser le plus grand nombre à la protection de l’environnement. Son ennemi : la routine ! Rencontre.

En 2010, Alban Michon participe à l’expédition polaire « Deepsea Under The Pole ». Une équipe de 8 personnes, dont 5 plongeurs, part explorer la face sous-marine de la banquise au Pôle Nord. Durant 45 jours, 51 plongées sous la banquise sont effectuées. En 2012, il organise avec son ami Vincent Berthet l’expédition « Wi.D.E », sur la côte est du Groenland. C’est en kayak de mer qu’ils parcourent, seuls, plus de 1 000 kilomètres. Durant 51 jours, Alban Michon réalise 16 plongées sous les icebergs. En mars 2018, il traversera « le passage du Nord-Ouest » en solitaire à ski kite et plongera sous les glaces arctiques sur près de 1 500 Km. Une première mondiale, mais aussi un exploit sportif au service des générations futures…

« Tout a commencé à l’âge de 11 ans quand j’ai découvert la plongée. J’habitais à Troyes, personne n’en faisait dans mon entourage, je n’avais donc a priori aucune raison de m’y mettre. Mais j’ai de suite adoré. A 14 ans, j’ai écrit le planning de ma vie : je deviendrai moniteur de plongée et je partirai en expédition à travers le monde. Comme je l’ai écrit, il fallait que je le fasse ! Je n’ai jamais été bon à l’école, je n’ai pas le Bac. En revanche, j’ai toujours eu confiance en moi. Pour vivre mes rêves, je n’ai rien attendu des autres, j’ai travaillé et persévéré ! Contrairement à ce que certains profs nous font croire, il n’y a pas de bons et de mauvais élèves, on a tous une force, il faut simplement apprendre à mieux se connaître et partir à l’aventure pour découvrir ce trésor intérieur.

Donner du sens à mes projets

albanmichon_presse3

Mes explorations permettent de transmettre un message de protection de l’environnement au plus grand nombre. Je vais dans des endroits sauvages qui sont magnifiques. Montrer la beauté de notre monde donne envie de le protéger. C’est un message positif beaucoup plus convaincant que les discours politiques ! Je participe aussi à des recherches scientifiques, par exemple sur la réactivité du cerveau en milieu hostile ou encore sur la pollution. Des classes me suivent et travaillent de manière ludique les mathématiques ou encore la géographie au gré de mes aventures. Tout cela donne sens à mes projets, je participe à ma manière à la protection de la planète.

« Si vous pensez que l’aventure est dangereuse, essayez la routine… Elle est mortelle ! » Paulo Coelho

De retour d’une expédition, je ressens toujours  un grand vide. J’ai besoin de temps pour reprendre des forces. Quand je rentre en France, je m’extasie d’un rien ! C’est un luxe notamment de retrouver mon lit confortable. Je redécouvre tous ces petits bonheurs du quotidien. Mais quand je suis à l’autre bout du monde, dans de grands espaces, j’apprécie la liberté, la vraie. Je ne supporte pas la routine. Pour moi, elle limite notre potentiel et notre créativité en nous enfermant dans un carcan. Sortir de ma zone de confort, et constamment apprendre de nouvelles choses, est essentiel pour moi. Je prends des risques, oui, mais ils sont mesurés, réfléchis et calculés.  Comme en entreprise, il faut savoir être audacieux sans être inconscient.

Se dire que rien n’est impossible

albanmichon_presse9

Je ne crois pas à la notion d’échec. On apprend toujours quelque chose d’avoir osé. On rencontre des gens qui nous font progresser, qui nous inspirent. C’est toujours très riche. Essayer, c’est déjà avancer. Et si un chemin ne marche pas, il en existe toujours beaucoup d’autres pour atteindre son objectif. J’ai des projets qui ont mis quatre ans à voir le jour ! Je pars seul en expédition, mais c’est un vrai travail d’équipe. »

Plus d’infos : http://albanmichon.com/

Pour ne rater aucune actualité en matière de qualité de vie au travail, inscrivez-vous à la newsletter de My Happy Job.

A lire aussi :
Témoignage : « Grâce au sport, ce qui me semblait impossible me parait désormais accessible »
Christophe André : le bien-être au travail grâce à la psychologie positive
Témoignage : « Mon handicap m’a appris la persévérance et la résilience »

Crédit photos : Andy Parant.

Étiquettes : ,

Plus d'articles de la même rubrique:

De
Article Précédent Article Suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 shares