Les Français et l’hyperconnexion

pexels-photo-1413653

La Fondation APRIL a publié son 2ème Baromètre « Hyperconnexion : quel impact sur la santé des Français ? », réalisé en partenariat avec l’Institut de sondage BVA, afin de montrer nos pratiques en matière d’écrans et de mesurer les évolutions de nos comportements, notamment au travail. 

Les Français passent en moyenne 4h30 par jour devant leurs équipements numériques. Une pratique qui explose chez certaines catégories professionnelles et notamment chez les cadres qui eux sont connectés en moyenne 6h03 par jour : 3h36 pour des motifs professionnels contre 2h25 pour des motifs personnels, une tendance à l’inverse des Français. Quand on détaille les usages professionnels un triptyque se dégage rapidement : la consultation et l’écriture des mails arrivent largement en tête pour 83 % des personnes interrogées, suivi de l’utilisation des logiciels et outils de travaux et enfin la visite des sites web et d’information.

Au travail, parmi les solutions jugées les plus efficaces pour limiter les conséquences de l’exposition prolongée aux écrans sur la santé des salariés, 45 % des Français pensent qu’il est préférable de se déplacer pour communiquer entre collègues plutôt que d’envoyer un mail (contre 43 % l’année dernière). Ils sont 36 % à penser que limiter l’envoi des messages professionnels en dehors des heures de travail est également une bonne alternative (contre 45 % en 2018) et 30 % jugent utile de prévoir des lieux de déconnexion (contre 27% en 2018). Sans oublier que 16 % plébiscitent désormais l’instauration des journées sans emails alors qu’ils n’étaient que 8 % en 2018.

Retour d’expérience

Fabienne Ernoult, Déléguée Générale à la RSE et Fondation APRIL : “Dans le cadre d’un projet « fil rouge » mené par l’Université APRIL, une équipe de managers a réalisé une étude centrée sur l’impact des mails en entreprise qui est loin d’être anecdotique. Voici les grands éléments clés qui nous font réfléchir :

• la gestion des mails représente 30 % de la journée d’un salarié,
• 46 % des salariés ne digèrent pas l’ensemble de l’information,
• un salarié qui répond à ses mails pendant une réunion a le même QI qu’après une nuit blanche,
• il est impossible pour un salarié de rester concentré sur une tâche plus de 11 minutes sans être interrompu.

Le premier constat évident au sein du groupe de réflexion : nous recevons un nombre élevé d’emails, tout va très vite. Nous nous sentons souvent submergés. Or un email, en tant que moyen de communication, implique un émetteur et un récepteur : il est naturel de déplorer la pression des mails reçus, mais avons-nous conscience que nous pouvons également perturber le travail de nos collègues par les mails que nous leur envoyons ?

Cette enquête, ainsi qu’une phase de benchmark externe, a permis d’établir une série de recommandations que nous avons pu expérimenter, avec un objectif : retrouver agilité et disponibilité dans l’usage interne de ses mails. Il y a un an, un guide de bonnes pratiques a donc été réalisé pour une approche plus sereine de l’utilisation des outils et pour limiter l’impact de l’hyperconnexion sur notre façon de travailler. Une véritable prise de conscience : si chacun paramètre différemment sa boîte mail et change ses habitudes de travail, le bénéfice individuel est rapidement mesurable et surtout, ces pratiques partagées rendent le système plus vertueux pour le bien-être de tous. Désormais, l’outil est intégré dans le programme QVT du groupe « APRIL Well@work ». Il est également diffusé via un film pédagogique de 2min30 pour donner à chacun des clés et l’envie de changer ses habitudes !”

Pour ne rater aucune actualité en matière de qualité de vie au travail, inscrivez-vous à la newsletter de My Happy Job, parcourez nos hors-séries thématiques  et découvrez notre annuaire du bien-être au travail.

A lire aussi :
Happy Team #5 : l’abus de mails est mauvais pour la santé (de tous !)
2h chrono pour déconnecter (et se retrouver)

Étiquettes :

Plus d'articles de la même rubrique:

De
Article Précédent Article Suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 shares