L’empathie c’est comme être contre la faim dans le monde, tout le monde pense que c’est une bonne chose. La question est de savoir de quoi on parle, et surtout, comment la mobiliser ou la cultiver. Voici les trois composantes de l’empathie et des exercices simples pour développer chacune de ces facettes.

– L’empathie cognitive : la première composante est mentale, c’est la capacité à voir les choses du point de vue des autres et non du vôtre. Pour activer cette composante, lorsque vous avez du mal à faire preuve d’empathie, demandez-vous simplement en quoi ce que les autres pensent, ressentent, font est normal, compréhensible, logique de leur point de vue, avec leur histoire, ce qu’ils vivent et ce qui est important pour eux. Même si vous n’êtes pas d’accord ou si vous réagiriez différemment.

– L’empathie émotionnelle : se mettre à la place de l’autre cela ne suffit pas. Les psychopathes et les manipulateurs sont excellents à cela. Il manque la composante émotionnelle, c’est-à-dire la capacité à être touché par les autres et ce qu’ils vivent ou ressentent. Pour activer cette composante (une fois que vous avez réalisé la précédente), observez ce que vous ressentez dans votre corps. Dans quelles zones ces sensations apparaissent-elles ? Regardez particulièrement la gorge, le thorax et l’abdomen. Demandez-vous ensuite si ce que vous ressentez n’appartient qu’à vous ou si c’est le reflet de ce que l’autre ressent.

La bienveillance : comprendre, être touché, cela ne suffit toujours pas. Encore faut-il avoir l’envie de venir en aide. C’est le rôle de la bienveillance et de la compassion. Demandez-vous quelle serait la manière la plus adaptée d’agir, avec le bien-être de l’autre comme intention ? Est-ce de donner des conseils ou simplement d’écouter et d’être présent, par exemple ?

Pour ne rater aucune actualité en matière de qualité de vie au travail, inscrivez-vous à la newsletter de My Happy Job, parcourez nos hors-séries thématiques  et découvrez notre annuaire du bien-être au travail.

A lire aussi :
Oubliez le collaboratif, préférez l’empathie !
Et si vos faiblesses étaient en réalité un don ?
Les générateurs de bienveillance en entreprise

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici