Découvrez notre interview de Michel Debout, psychiatre, lors du salon Préventica à Paris en décembre 2021.

Le principal risque pour la santé mentale en période de crise ? La peur de perdre son emploi. Quelles spécificités chez les jeunes ? Ils ont encore plus besoin d’être reconnus. La reconnaissance passe par le collectif. Or, ils en ont été privé. La vraie réponse est dans l’échange.

Agir en prévention est essentiel en matière de santé mentale au travail, mais nous avons du retard dans la prise en compte des problèmes psychiques au travail : harcèlement moral, burn-out, harcèlement sexuel…

Selon lui, oui il y a des facteurs individuels qui expliquent le burn-out, mais le collectif n’a pas su les entendre, les écouter et y répondre. Ce qui est essentiel au travail : c’est la reconnaissance et le collectif !

Pour ne rater aucune actualité en matière de qualité de vie au travail, inscrivez-vous à la newsletter de My Happy Job, parcourez nos hors-séries thématiques  et découvrez notre annuaire du bien-être au travail.

A lire aussi :
Mieux comprendre le burn out pour mieux s’en remettre
5 choses à savoir sur le bore-out

Article précédentPsychologie de la récupération : 4 clés pour vous (re)booster !
Article suivantSanté mentale au travail : 4 enjeux clés pour 2022
Diplômée de Sciences-Po Paris, Fabienne Broucaret est la fondatrice et la rédactrice en chef de My Happy Job. Conférencière, passionnée par les questions de mixité, elle est aussi l’auteure des livres "Le sport, dernier bastion du sexisme ?" et "A vos baskets toutes ! Tour de France du sport au féminin" (Michalon). Elle a aussi co-écrit “2h chrono pour déconnecter (et se retrouver)” avec Virginie Boutin (Dunod, mai 2018).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici