En manque de reconnaissance : et si vous commenciez par en donner ?

photo-1499744937866-d7e566a20a61

A l’approche de Noël, on redécouvre le plaisir de faire des cadeaux. Cette sensation délicieuse d’imaginer que l’on va faire plaisir à ceux que l’on aime… Et si l’on décidait aussi de faire régulièrement plaisir à ceux que l’on apprécie au travail, en leur donnant régulièrement des signes de reconnaissance ?

Car la reconnaissance fait du bien. Du bien à celui qui en reçoit : se sentir reconnu procure du bien-être et booste la motivation… Et du bien à celui qui en donne, selon le vieux principe « Le sourire que tu envoies revient vers toi ». Dire merci avec un sourire chaleureux, reconnaître les efforts, l’entraide… cela parait simple, n’est-ce pas ? Alors pourquoi est-ce qu’aujourd’hui autant de personnes ne se sentent pas reconnues dans leur travail ? Manque de temps, incompréhension des attentes, maladresse, manque de discernement, ne pas savoir comment s’y prendre… les raisons ne manquent pas. Pourtant pratiquer la reconnaissance s’apprend. Voici quatre principes pour y parvenir.

Identifier son propre besoin de reconnaissance

Lorsque l’on se sent soi-même déçu, lassé  et en manque profond de reconnaissance, on peut avoir une tendance naturelle à voir les autres et les situations à travers un prisme étroit, qui laisse généralement peu de place au partage de signes de reconnaissance positifs. Faire la paix avec soi-même, se questionner par rapport à ses propres attentes, oser demander les signes de reconnaissance que l’on attend, s’entourer de personnes positives qui nous encouragent et nous tirent vers le haut est un préalable indispensable

Prendre le temps d’analyser les besoins de reconnaissance des autres

Aaaahh le temps… une denrée qui devient si rare aujourd’hui, où à la moindre minute libre nos yeux sont rivés sur nos smartphones ! Et si nous prenions le temps de prendre du plaisir à échanger avec les autres, de leur manifester de l’intérêt réel ? C’est déjà un premier signe de reconnaissance . L’enjeu est d’essayer de comprendre leurs visions du monde, ce qu’ils aiment dans leur travail, ce qui les motive, ce dont ils sont fiers et les domaines dans lesquels ils se donnent de la peine ou ceux dans lesquels ils excellent.

Mettre en place des rituels

Intégrer la reconnaissance dans ses pratiques professionnelles devient un atout dans des organisations de plus en plus complexes, qui demandent coopération et intelligence collective. Une manière simple d’y arriver est de prendre l’habitude de communiquer des signes de reconnaissance, en instaurant des rituels journaliers, hebdomadaires, mensuels… à vous de voir ce qui vous inspire ! Au début cela peut paraître artificiel. La première brosse à dents ne l’était-elle point ? Et pour autant aujourd’hui on se brosse les dents sans même y penser.

En prenant la précaution de donner des signes de reconnaissance adaptés aux personnes, aux situations et à la culture d’entreprise, on planifie des actions dans son agenda et/ou on les réalise de manière spontanée dans son quotidien : décider de passer un coup de fil pour dire bravo, rédiger un e-mail de félicitations de manière bien dosée et avec les bonnes personnes en copie, traverser quatre bâtiments pour aller dire bonjour en personne à quelqu’un que l’on apprécie, profiter d’un déplacement professionnel pour un échange informel en face-à-face, proposer de déjeuner à quelqu’un que l’on n’a pas vu depuis longtemps et prendre le temps de lui donner des retours encourageants sur sa contribution …  Toutes ce petites actions prennent du temps, mais ce n’est pas du temps perdu : c’est du temps investi dans la relation.

Procéder par essais-ajustements

Le risque d’instaurer des rituels est que cela paraisse forcé. Et que la reconnaissance devienne instrumentalisée et perde ainsi sa fraicheur, sa force. Il convient donc de la pratiquer avec authenticité et enthousiasme. La méthode d’essais-ajustements permet d’y aller en finesse. Je décide. J’essaie un peu. Ça marche, je continue un  peu plus. Ça ne marche pas, je rectifie, j’ajuste, j’essaie différemment. Et petit à petit, je progresse. Et je continue mon chemin. J’apporte aux autres plus de reconnaissance et à moi-même aussi. En même temps.

Laure Becker est consultante coach en leadership et management au sein du cabinet Diversity Conseil. Elle intervient en formation leadership & management, Positive Leadership, Engagement & reconnaissance. Coach certifiée ICF, elle accompagne également individuellement les personnes en coaching. Elle est l’auteure du livre Pratiquer la reconnaissance au travail, InterEditions.

 

Pratiquer la reconnaissance au travail, Laure Becker, InterEditions, 2018.

Pour ne rater aucune actualité en matière de qualité de vie au travail, inscrivez-vous à la newsletter de My Happy Job, parcourez nos hors-séries thématiques  et découvrez notre annuaire du bien-être au travail.

A lire aussi :
– 5 choses que les (vrais) leaders font
– “Il est primordial d’encourager la reconnaissance à tous les niveaux dans l’entreprise”
– 6 clés pour développer votre self-leadership

Photo by Hanny Naibaho on Unsplash

 

Plus d'articles de la même rubrique:

De
Article Précédent Article Suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 shares