P comme Plaisir au travail

Sylvaine Pascual

On parle beaucoup de bonheur, de bien-être ou encore de qualité de vie au travail. Un peu moins de plaisir. Et c’est bien dommage ! Quels en sont les éléments constitutifs ? Comment le cultiver au quotidien ? Quel rôle pour les managers ? Eléments de réponses dans notre deuxième épisode du « Dico du bien-être au travail », avec la dynamique Sylvaine Pascual, fondatrice d’Ithaque Coaching.

Etre heureux au travail, c’est avoir la possibilité de trouver du plaisir dans nos tâches professionnelles, dans nos interactions ou encore nos missions. « Pour que ce soit le cas, il est indispensable que chacun bénéficie d’un cadre dans lequel il va pouvoir mettre en oeuvre ses propres façons de combler ses besoins professionnels et pouvoir ainsi aller vers le plaisir plutôt que de consacrer l’essentiel de son temps à éviter de trop souffrir, précise Sylvaine Pascual, fondatrice d’Ithaque Coaching, dont la mission est de faire pousser des odyssées professionnelles. Il s’agit de cesser de chercher à motiver chacun, mais bien de lui permettre de générer sa propre motivation en s’appuyant sur ses appétences lors de l’attribution d’une mission et non uniquement sur ses compétences. »

Nos remerciement à Bureaux à Partager qui nous a accueillis au Morning Trudaine pour tourner cette vidéo.
Musique : Sunny Indie Pop – RogerThat – Jamendo Licensing – Licence Standard.

Pour ne rater aucune actualité en matière de qualité de vie au travail, inscrivez-vous à la newsletter de My Happy Job.

A regarder aussi :
– C comme Chief Happiness Officer (vol.1)

A lire :
– Les 7 clés d’une motivation forte et pérenne
Le bonheur au travail selon la Génération Z
– Comment se réapproprier son temps ?

 

Étiquettes : , ,

Plus d'articles de la même rubrique:

De
Article Précédent Article Suivant

Commentaires

  1. Répondre

    Bonjour Fabienne

    Je vous remercie pour cet article.

    Je pense sincèrement que le bonheur au travail, le plaisir dans ce que l’on fait, ne doit pas être un but en soi.
    Selon moi, c’est une conséquence de tout ce qui est mis en place dans l’entreprise.

    Car chacun va décider si telle tâche ou telle tâche sera génératrice de bonheur.

    Car comme le dit Sylvaine Pascual, il s’agit d’un mental qu’a le salarié. Et tout le monde n’est pas câblé pour voir et recevoir le bonheur et le plaisir en entreprise.
    Vous ne pensez pas ?

    Au plaisir
    Evan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 shares