« Il faut s’intéresser aux conditions de travail, et surtout à la perception subjective qu’en ont les collaborateurs »

photo-1494571180607-f17765ead771

L’Approche Neurocognitive et Comportementale » (ANC), fondée par Jacques Fradin, repose sur 30 années de recherches pluridisciplinaires et se présente comme « une approche opérationnelle pour comprendre le fonctionnement de l’humain afin de l’aider à s’adapter au changement, gérer émotions et motivations, développer la confiance en soi et résoudre les dysfonctionnements vécus en organisation. » C’est un modèle novateur de compréhension et de gestion des comportements, aux niveaux individuel, relationnel et organisationnel.

Séverine Daniel, fondatrice de Happylot et formée à cette approche, a interviewé pour nous le directeur de l’Institut de Neurocognitivisme, Jean-Louis Prata (1).

Quels sont de votre point de vue les principaux apports des sciences cognitives et comportementales en faveur de la qualité de vie au travail (QVT)?
Jean-Louis Prata.
Pour comprendre la QVT, il faut bien sûr s’intéresser aux conditions de travail, mais aussi et surtout à la perception subjective qu’en ont les collaborateurs. Or c’est le cerveau qui opère cette perception subjective. En conséquence, les sciences du cerveau et du comportement sont très éclairantes. L’Approche Neurocognitive et Comportementale (ANC) permet de mieux comprendre et d’agir à 5 niveaux contributifs à la QVT : la motivation, la communication interpersonnelle, le fonctionnement de l’organisation, la prévention du burn-out et la prise de recul.

La motivation et la qualité de vie au travail sont donc liées ?
Jean-Louis Prata.
L’ANC éclaire la compréhension de la motivation, en permettant d’identifier ses propres sources de motivation profonde, que l’on appelle motivations primaires, et de les différencier de nos motivations secondaires. Nos motivations primaires correspondent à tout ce que l’on fait pour le plaisir de faire, qui nous ressource quand on est fatigué, voire qui nous épanouit. Nous ressentons du plaisir à accomplir ce qui correspond à nos motivations primaires et sommes peu sensibles au risque d’échouer. A l’inverse nos motivations secondaires sont drivées par un besoin de résultat ou de reconnaissance. Prenons l’exemple d’un commercial qui a une motivation primaire dans le plaisir de la relation et de l’échange : il sera aussi engagé et motivé dans son activité commerciale face à un client chaleureux que face à un client froid. En revanche si sa motivation est secondaire, l’entretien avec un client froid sera vécu comme une expérience désagréable nuisant à sa perception de QVT. En pratique, s’assurer dès le recrutement d’une bonne adéquation entre les motivations primaires de la personne et sa fiche de poste est un facteur clé de QVT.

On sait que la qualité relationnelle entre collaborateurs est un facteur clé de la QVT. Qu’est-ce que l’ANC apporte de plus dans ce domaine ?
Jean-Louis Prata.
L’ANC apporte des clés pour comprendre finement ce qui se joue dans les relations interpersonnelles lorsqu’elles sont tendues ou conflictuelles, et de disposer de méthodes ciblées pour pacifier les relations et contribuer à une ambiance agréable. Avec des techniques de gestion relationnelle du stress, on va pouvoir adapter sa communication à l’état de stress de l’autre – selon qu’il soit inquiet (en fuite), en colère (en lutte) ou découragé (en inhibition), et ainsi contribuer à l’apaisement du stress de son entourage en adoptant une attitude adéquate. Avec les techniques de gestion relationnelle des rapports de force, on va savoir comment se comporter avec un collaborateur ou un manager toxique pour se protéger de ses tentatives de manipulation et de déstabilisation, tout en préservant la relation.

Découvrez la fin de cette interview dans notre Hors-Série dédié à l’innovation en faveur de la qualité de vie au travail. Un magazine d’une centaine de pages téléchargeable gratuitement : www.myhappyjob.fr/hors-serie Au sommaire :  des clés pour booster votre bien-être au travail avec audace, revisiter votre espace de travail, mais aussi dynamiser vos relations et vos échanges, des montagnes de bonnes raisons de bouger davantage, de vous mettre au télétravail, à la méditation pleine conscience ou encore à l’art en entreprise, la crème des applis en matière de qualité de vie au travail, un décryptage du métier de Chief Happiness Officer, des ribambelles de bonnes pratiques inspirantes et de témoignages…

(1) Depuis 2006, Jean-Louis Prata dirige le pôle innovation / R&D de I’IME Conseil et de l’Institut de Neurocognitivisme. Plus d’infos : https://neurocognitivisme.fr et  www.ime-conseil.fr

Pour ne rater aucune actualité en matière de qualité de vie au travail, inscrivez-vous à la newsletter de My Happy Job et découvrez notre annuaire du bien-être au travail.

A lire aussi :
– A quoi sert l’Ennéagramme dans le monde du travail ?
– « Etre Chief Happiness Officer, c’est avant tout un savoir-être »

Étiquettes : ,

Plus d'articles de la même rubrique:

De
Article Précédent Article Suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 shares