Great Place to Work : les 7 choses à savoir du palmarès 2018

csm_GPTW_04_90f14ffacf

L’Institut Great Place To Work vient de dévoiler son classement des entreprises où il fait bon travailler en France en 2018. Voici ce qu’il faut en retenir.

1° Beaucoup de candidats, peu d’élus
Le Palmarès Best Workplaces en 2018 c’est 244 participants pour 79 lauréats, soit 32%. Pour chaque catégorie, cela donne :
– De 50 à 500 salariés : 168 postulants, 50 lauréats (30%)
– De 500 à 5000 salariés : 64 postulants, 25 lauréats (39%)
– Plus de 5000 salariés : 12 postulants, 4 lauréats (33%).

2° Des salariés plus heureux que la moyenne des salariés français
– 85% des salariés des entreprises lauréates déclarent faire partie d’une entreprise où il fait bon travailler (contre 55%).
– 87% déclarent être fiers de travailler pour cette entreprise (contre 57%).
– 80% déclarent se rendre au travail avec plaisir (contre 49%).

3° Décathlon toujours en tête
Le distributeur d’articles de sport conserve sa 1ère place dans la catégorie + de 5000 salariés, devant Kiabi et Leroy Merlin. A la quatrième place ? McDonald’s.

4° L’entrée en fanfare de Salesforce
Dans le classement des entreprises de 500 à 5000 salariés, qui comprend cette année 25 lauréats contre 22 en 2017, Salesforce, spécialisé en logiciel de gestion client, fait directement son entrée à la 1ère place. Extia et Mars France complètent le podium.

5° De plus en plus d’entreprises « grand public » récompensées
Outre les mastodontes déjà cités, c’est le cas notamment de Dell Technologies (6ème), Leboncoin (7ème), Adidas (10ème), Hyatt Hotels & Resorts France (11ème), Krys Group (12ème ), Valrhona (13ème), Carglass (24ème) et Cultura (25ème).

L’analyse de Great Place To Work : « Les entreprises de la grande consommation, distributeurs comme producteurs, évoluent dans un secteur très compétitif et dynamique, qui nécessite de s’adapter constamment aux évolutions du marché, de recruter en masse, et principalement des jeunes. Or, les attentes des jeunes générations en matière d’emploi ont considérablement évolué au cours des dernières années : priorité donnée à l’équilibre vie pro-vie perso, recherche de sens, importance
des relations inter collègues … les Millennials se distinguent particulièrement de leurs parents et de plus en plus d’entreprises ont fait le choix de capitaliser sur ces jeunes, en leur garantissant un cadre de travail épanouissant et à la hauteur de leurs attentes. De plus, on note que ces entreprises, qui s’adressent au grand public, misent sur le bien être des collaborateurs et en font un levier de satisfaction client. En effet, un salarié épanoui délivrera un niveau de service client plus qualitatif, ce qui aura un effet positif sur la performance économique de l’organisation in fine ».

6° La catégorie 50 à 500 salariés resserrée
Elle est passée de 58 à 50 lauréats. En effet, les entreprises figurant au-delà de la cinquantième place et remplissant les critères d’une entreprise où il fait bon travailler sont certifiées, mais ne figurent pas au Palmarès parmi les meilleures entreprises. En tête de peloton ? La SSII Zenika devant les professionnels du consulting IT, OCTO Technology, et le cabinet de conseil Colombus Consulting.

L’analyse de Great Place To Work : « La forte représentativité des cabinets de conseil au sein de notre palmarès témoigne de la nécessité pour ces derniers d’innover, y compris dans le management, afin d’être sans cesse plus attractifs et se différencier de la concurrence – et notamment des Big Four – en plein contexte de « guerre des talents » ; et ceci à tous les stades de développement. On trouve ainsi aussi bien des petits cabinets dynamiques d’une cinquantaine de salariés comme Quaternaire,
que de plus gros cabinets comme Extia (près de 1000 salariés). »

7° De petits nouveaux
Plusieurs entreprises ont fait leur entrée au palmarès cette année, notamment des entreprises du numérique comme la Rennaise Klaxoon (qui a lancé une application destinée à rendre les réunions d’entreprise plus participatives et dynamiques) qui occupe la 5ème place ou encore Doctolib, qui fournit un service en ligne de prise et de gestion des rendez-vous médicaux, à la 17ème place.

L’analyse de Great Place To Work : « On constate une forte corrélation entre l’innovation technologique et l’innovation managériale : afin de rester dans la course, les entreprises du numérique ont compris depuis longtemps que l’une ne va pas sans l’autre, et que l’humain doit être mis au cœur de la croissance ».

Pour ne rater aucune actualité en matière de qualité de vie au travail, inscrivez-vous à la newsletter de My Happy Job et découvrez notre annuaire du bien-être au travail.

A lire aussi :
– Les 5 grandes tendances RH en 2018
– Bien-être au travail : comment marchent les palmarès et certifications récompensant les entreprises ?
– Ce qu’il faut retenir du palmarès « Great Place to work » 2017 

Plus d'articles de la même rubrique:

De
Article Précédent Article Suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 shares